Cela fait 15 mois que l’équipe féminine canadienne de basketball s’est rencontrée en personne. Maintenant, l’attente peut prendre encore plus de temps que prévu.

Un camp d’entraînement qui doit commencer le 19 mai à Edmonton est dans les limbes alors que Alberta Health examine la proposition de Canada Basketball de mener l’événement en toute sécurité.

Un porte-parole d’Alberta Health dit qu’il n’y a pas de date limite pour prendre la décision.

CBC Sports a contacté Canada Basketball pour obtenir ses commentaires.

Le camp d’entraînement serait le début d’une mise en place de 10 semaines avant les Jeux olympiques de Tokyo.

Prévue pour être la première fois que l’équipe se rencontre depuis les qualifications pour les Jeux Olympiques en février dernier en Belgique, elle se déroulera jusqu’au 4 juin, une semaine avant le début de la FIBA ​​AmeriCup à Porto Rico et un peu plus de cinq semaines jusqu’au début de le tournoi olympique de basket-ball féminin.

Bien que le camp d’entraînement et l’AmeriCup n’incluent pas de joueurs de la WNBA comme Kia Nurse et Natalie Achonwa, les deux événements représentent toujours une occasion rare pour la majorité de l’équipe classée quatrième de s’entraîner ensemble plus tôt que ne pourrait être un été mémorable.

Le Canada n’a jamais remporté de médaille olympique en basketball féminin. Sa seule apparition sur le podium masculin fut aux Jeux de Berlin de 1936 sur terre battue.

Problèmes logistiques

Mais la logistique des camps d’entraînement reste un obstacle majeur alors que les joueurs terminent leurs saisons professionnelles internationales à travers le monde.

READ  Joe Thornton dit qu'en jouant Auston Matthews, Mitch Marner l'a fait se sentir `` jeune ''

La garde Aislinn Konig, par exemple, est en camp d’entraînement avec les Washington Mystics de la WNBA, car elle n’a obtenu sa libération d’Elfic Fribourg en Suisse qu’une fois que l’équipe a trouvé un remplaçant. Cependant, Konig se bat pour sa place dans une équipe Mystics qui compte deux anciens MVP. Si elle est éliminée, elle cherchera probablement à se joindre à l’équipe nationale à Edmonton.

Les Canadiennes Nayo Raincock-Ekunwe et Michelle Plouffe sont au milieu d’une série éliminatoire en France avec Lyon. Raincock-Ekunwe dit qu’il prévoit de jouer la saison, la dernière date possible étant le match de championnat de samedi.

D’autres comme Ruth Hamblin et Kayla Alexander ont déjà terminé leurs saisons respectivement en Pologne et en Belgique.

Pendant ce temps, l’Alberta connaît le taux de cas de COVID-19 actif le plus élevé de toutes les provinces ou territoires du Canada, car de nouvelles restrictions interdisant les patios et les salons de coiffure sont entrées en vigueur lundi.

Tous les sports en salle sont également interdits dans la province, ce qui signifie qu’une exception devrait être faite pour l’équipe canadienne.

Le dernier camp d’entraînement de l’équipe en février s’est déroulé virtuellement avec des joueurs au milieu de leurs saisons internationales.