La proposition fiscale décidée lors de la réunion des ministres des Finances du G7 le week-end dernier a été saluée comme “historique” et “transformatrice”. Mais dans sa forme actuelle, malheureusement, ce n’est pas le cas. Des changements importants peuvent et doivent être apportés, au moins par le G20, où il sera envisagé ensuite, s’il doit y avoir une réforme fiscale mondiale sérieuse.

La proposition part du constat que l’architecture fiscale internationale, conçue pour une époque antérieure et très différente, contient des anomalies qui permettent aux entreprises multinationales (EMN) d’éviter de payer le même taux d’imposition que les entreprises locales. Ils le font par le biais de procédures comptables décrites comme « l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices » (BEPS), qui déplacent artificiellement les bénéfices vers des juridictions à faible imposition pour éviter de payer des impôts plus élevés dans les pays où ils opèrent réellement.

Il existe un moyen évident de régler ce problème, et le Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (dont je suis membre) prône un système fiscal unitaire basé sur la distribution du formulaire. Cela signifie permettre à tous les pays d’imposer les bénéfices mondiaux des sociétés multinationales, en répartissant les bénéfices selon une formule basée sur les ventes, l’emploi et le capital, avec un taux d’imposition effectif global minimum de 25 %. Cela supprimerait immédiatement toute incitation pour les entreprises multinationales à transférer leurs bénéfices entre différentes juridictions et entraînerait une augmentation massive des recettes fiscales.

Le coup de pouce budgétaire de l’administration américaine

Maintenant que l’administration Biden a réalisé les possibilités d’une augmentation significative des recettes fiscales, il y a eu un regain d’espoir pour une réforme fiscale globale. La demande de Janet Yellen d’un impôt minimum sur les sociétés de 21 %, bien qu’elle soit encore inférieure à la demande de l’ICRICT, était néanmoins un geste très positif. L’idée d’un taux minimum global est que les pays peuvent ajouter des impôts supplémentaires sur les bénéfices de leurs sociétés multinationales qui sont confrontées à des taux d’imposition inférieurs à l’étranger. Cela devrait être fait pays par pays, pour éviter de jongler avec les bénéfices entre différentes juridictions pour l’éviter.

Ce qui est encore pire, c’est que l’engagement du G7 a été récemment pris par la plupart des pays en développement, qui sont proportionnellement plus grands perdants des recettes fiscales perdues.

L’engagement du G7 (dans son “deuxième pilier” de la proposition fiscale) a conduit à un taux minimum considérablement plus bas d'”au moins 15 pour cent”, proche des taux très bas des paradis fiscaux comme l’Irlande et la Suisse. Cela conduirait également à une baisse drastique des recettes fiscales : les estimations de la Observatoire fiscal de l’UE suggèrent que les recettes prévues pour l’Union européenne, par exemple, passeraient de 167,8 milliards d’euros à 25 %, à 98 milliards d’euros à 21 % et à seulement 48,3 milliards d’euros à 15 %. Pour les États-Unis, la baisse prévue des revenus est de 165,4 milliards d’euros à 25 % à 104,4 milliards d’euros à 21 % et à seulement 40,7 milliards d’euros à 15 %.

READ  Aujourd'hui dans l'histoire du lundi 5 mai

Il est remarquable que les gouvernements du G7 soient prêts à renoncer à autant de recettes fiscales potentielles qui pourraient utilement servir à d’importants investissements sociaux et physiques, simplement à cause du pouvoir de lobbying des grandes entreprises. De toute évidence, le public de ces pays n’est pas au courant ou n’est pas disposé à exiger un résultat plus équitable.

Les pays en développement sont à nouveau perdants

Ce qui est encore pire, c’est que l’engagement du G7 a été récemment pris par la plupart des pays en développement, qui sont proportionnellement plus grands perdants des recettes fiscales perdues. Pour la plupart des pays en développement, et pour le monde dans son ensemble, l’idée d’une imposition unitaire des entreprises multinationales, avec des impôts répartis selon une formule simple et équitable, est beaucoup plus pertinente. Il est dommage que les négociations n’aient pas dûment tenu compte de la proposition faite par le Groupe intergouvernemental des 24 (G-24, l’organe qui coordonne la position des économies émergentes) de répartition fractionnaire.

Au lieu de cela, la proposition du G7 est d’une insuffisance embarrassante et n’entraînerait probablement pas de réel changement. Puisqu’il a activement demandé sa suppression, le gouvernement américain n’a peut-être déposé cette demande que pour répondre aux taxes qui s’appliquent aux sociétés multinationales numériques basées aux États-Unis dans plusieurs autres pays. Actuellement, d’autres pays disent qu’ils n’accepteront d’éliminer ces taxes qu’une fois que les États-Unis auront adopté la législation pertinente en interne, ce qui n’est en aucun cas certain.

En tout cas, la proposition est loin de la proposition de taxe unitaire de l’ICRICT. Il suggère que les gouvernements ne devraient avoir le droit d’imposer au moins 20 pour cent des bénéfices réalisés dans leur pays par une multinationale qui réalise des bénéfices mondiaux sur une marge de 10 pour cent (qu’ils ont défini comme apparemment un « profit excédentaire »).

Compte tenu des changements très limités apportés à la proposition du G7, sa réception plus large en tant qu’avancée majeure est vraiment un triomphe marketing.

Une telle notion de « plus-value » est étrange : elle n’est pas utilisée dans quelque système d’imposition des sociétés dans n’importe quel pays. Étant donné que les gains sont déjà définis comme l’excédent sur tous les coûts (y compris les coûts en capital), il s’agit clairement de revenus nets qui doivent être imposés de la manière habituelle et, en fait, l’imposition doit être progressive pour capturer les revenus. L’effet de cette restriction, et la restriction supplémentaire d’appliquer cette nouvelle règle uniquement aux plus grandes multinationales, serait de réduire drastiquement le nombre d’entreprises éligibles (moins de 200 entreprises). Cela signifierait que les pays en développement gagneraient peu ou rien en recettes fiscales supplémentaires.

READ  La Suisse va lancer des certificats COVID-19 pour faciliter les voyages en Europe

Juste un triomphe marketing

Certains détails doivent encore être résolus. Par exemple, comment définir l’assiette fiscale reste une question controversée. Ronen Palen argument que puisque cette politique est basée sur les bénéfices comptables, il serait encore facile pour les grandes multinationales de l’éviter et de tomber en dessous du seuil de 10 %, voire de se diviser en sociétés distinctes opérant en alliance.

Il convient de noter qu’Amazon, par exemple, peut être exonéré car ses bénéfices mondiaux sont inférieurs à la marge de 10 pour cent, à moins que le nouveau système n’inclue un ciblage pour inclure uniquement les segments très rentables (comme AWS d’Amazon). Il n’est pas étonnant que de nombreux géants du numérique comme Apple et Facebook aient déjà salué cette proposition. En outre, il existe également des demandes d’exclusions pour certains secteurs, tels que les mines et la finance.

Compte tenu des changements très limités apportés à la proposition du G7, sa réception plus large en tant qu’avancée majeure est vraiment un triomphe marketing. Et encore une fois, malheureusement, le G7 a montré qu’ils ne sont pas vraiment des leaders mondiaux, mais des leaders d’un groupe égoïste de pays puissants.

Lisez l’article de Dani Rodrik ‘La répression fiscale du G7’ pour un avis contraire.