La France et l’Allemagne appellent à des pourparlers au sommet de l’Union européenne avec Le président russe Vladimir Poutine ils ont été bloqués jeudi soir après une opposition farouche de la Pologne et des pays baltes.

Lors d’une réunion du Conseil européen, les dirigeants de l’UE ont envisagé de revoir leur politique étrangère à l’égard de Moscou, une semaine après que le président américain Joe Biden a rencontré Poutine à Genève.

Les États membres, en particulier ceux qui bordent la Russie, étaient furieux après que Paris et Berlin les aient pris par surprise avec une proposition de dernière minute mercredi.

Angela Merkel et Emmanuel Macron avaient tenté de reprendre les pourparlers entre l’UE et la Russie, qui avaient été gelés après l’annexion illégale de la Crimée par la Russie à l’Ukraine en 2014, mais leur plan a été déjoué jeudi.

« Il n’a pas été possible de convenir aujourd’hui que nous devrions nous rencontrer immédiatement au plus haut niveau », a déclaré Mme Merkel après l’échec des pourparlers à Bruxelles.

Merkel a déclaré que les dirigeants ont convenu de maintenir et de développer un « format de dialogue » avec la Russie.

« J’aurais aimé voir une étape plus audacieuse ici, mais c’est aussi bien ainsi et nous continuerons à y travailler », a-t-il déclaré.

Le président lituanien Gitanas Nauseda a déclaré « qu’il n’y aura pas de réunions au niveau des dirigeants de l’Union européenne avec la Russie » et a déclaré aux journalistes à Bruxelles que l’idée était comme « essayer d’impliquer l’ours pour assurer la sécurité d’un bateau. chéri ».

« Nous voyons que la situation de nos relations avec la Russie se détériore et nous voyons de nouvelles formes agressives dans le comportement de la Russie », a-t-il déclaré.

READ  Inondations en Allemagne : un énorme « gouffre » émerge après l'effondrement d'un barrage de carrière provoquant des glissements de terrain

Plus tôt jeudi, Dmytro Kuleba, ministre ukrainien des Affaires étrangères non membre de l’UE, a déclaré que l’offensive franco-allemande était une « déviation dangereuse » de la politique de sanctions de l’UE contre Moscou.

« Nous avons besoin d’un dialogue pour défendre nos intérêts », a déclaré Macron, le président français, à son arrivée dans la capitale belge.