Le logo de la société de conseil McKinsey and Company est visible lors de la réunion Viva Tech des leaders de la haute technologie et des startups de haut niveau à Paris, France, le 16 mai 2019. REUTERS/Charles Platiau

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 24 mai (Reuters) – La police a perquisitionné mardi les bureaux parisiens de McKinsey dans le cadre d’une enquête pour fraude fiscale présumée, a annoncé le parquet financier.

L’enquête sur le cabinet de conseil en gestion américain a été ouverte après que le Sénat français a allégué en mars que la société ne payait pas l’impôt sur les sociétés en France.

McKinsey nie tout acte répréhensible.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« La société coopère pleinement avec les autorités publiques, comme elle l’a toujours fait », a déclaré McKinsey dans un communiqué, confirmant le raid de mardi.

« McKinsey réaffirme qu’elle respecte les règles fiscales et sociales françaises qui lui sont applicables. »

Le recours à des consultants privés par le gouvernement du président Emmanuel Macron est apparu comme un problème inattendu avant l’élection présidentielle française d’avril, que Macron a remportée.

L’opposition avait accusé le gouvernement Macron de trop dépenser pour des cabinets de conseil internationaux qui paient peu ou pas d’impôts en France.

Un rapport du Sénat français de mars a indiqué que les ministères français avaient plus que doublé leurs dépenses en consultants externes, passant de 379 millions d’euros (405,57 millions de dollars) en 2018 à 894 millions d’euros l’an dernier. Lire la suite

READ  Le Premier ministre tchèque battu déclare que son président en difficulté lui a promis une nomination

Le rapport du Sénat a également indiqué que McKinsey, qui est présent en France depuis 1964 et a son bureau sur les prestigieux Champs-Élysées à Paris, n’avait pas payé d’impôts sur les sociétés en France depuis dix ans.

McKinsey a alors fait référence à sa déclaration selon laquelle sa branche française avait payé 422 millions d’euros d’impôts et de charges sociales entre 2011 et 2020.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations de Sudip Kar-Gupta, Tassilo Hummel et Juliette Portala. Écrit par Ingrid Melander. Edité par Richard Lough et Jane Merriman

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.