Publié le:

La police canadienne a travaillé samedi pour rétablir la normalité dans la capitale après que des camions et des manifestants ont occupé le centre-ville d’Ottawa pendant plus de trois semaines pour protester contre les restrictions liées à la pandémie.

Quatre des principaux organisateurs ont déjà été arrêtés et plus de 100 manifestants ont été arrêtés alors que des centaines d’officiers, dont certains à cheval, ont formé des lignes et les ont lentement poussés loin de leurs véhicules.

Il y a eu de nombreux moments de tension vendredi. Certains manifestants ont été traînés hors de leurs véhicules et d’autres qui ont résisté à l’avancée de la police ont été jetés à terre et ont eu les mains liées derrière le dos.

La police a déclaré que les manifestants avaient affiché un « comportement agressif » et qu’une fois à cheval, la police est entrée pour « créer de l’espace », selon un communiqué.

Les manifestants voulaient initialement mettre fin aux mandats de vaccination transfrontalière contre le COVID-19 pour les camionneurs, mais le confinement s’est progressivement transformé en une manifestation anti-gouvernementale et contre le Premier ministre Justin Trudeau.

« Nos revendications ne sont pas ridicules. Nous voulons que les mandats et les fermetures soient supprimés », a déclaré Gord du Manitoba, un chauffeur de camion qui a déclaré qu’il ne pouvait plus travailler en raison des mandats de vaccination transfrontalière. Vendredi, il a promis de rester garé devant le parlement et a déclaré qu’il attendait d’être arrêté.

Trudeau a invoqué lundi des pouvoirs d’urgence pour donner à son gouvernement une autorité plus large pour arrêter les manifestations. Les législateurs devaient débattre de ces pouvoirs temporaires vendredi, mais la Chambre des communes a ajourné, citant l’activité de la police.

READ  Dernières actualités mondiales du 19 octobre

Après que les foules de manifestants ont grossi les trois week-ends précédents, la police a mis en place 100 barrages routiers autour du centre-ville vendredi pour interdire l’accès aux personnes et empêcher l’entrée de nourriture et de carburant. La police a déclaré avoir remorqué 21 véhicules vendredi.

Alors que la police évacuait les manifestants des rues, au moins une douzaine de dépanneuses sont arrivées pour retirer les camions et autres véhicules de protestation qui étaient encore garés au centre-ville.

(Reuters)