Les infections au COVID-19 ont au moins certains impacts neurologiques pour la plupart des patients hospitalisés, selon de nouvelles données.

Publié dans les Annals of Clinical and Translational Neurology, un nouvelle étude examine les manifestations neurologiques de l’infection au COVID-19 chez 509 patients dans 10 établissements d’un réseau hospitalier de Chicago du 5 mars au 6 avril.

Les chercheurs ont découvert que des manifestations neurologiques résultant d’infections au COVID-19 étaient présentes au début de l’infection chez 215 patients, soit 42,2% de la population de l’échantillon.


LE SÉNATEUR AMÉRICAIN A RETIRÉ LE MASQUE À RÉPÉTÉ EN VOL. IL PRÉSIDENTE LE COMITÉ QUI SURVEILLANT LA SÉCURITÉ AÉRIENNE

VOICI LES EFFETS QUE LA DEXAMÉTHASONE STÉROÏDE POURRAIT AVOIR SUR TRUMP

FAUCI DIT QUE C’EST “ ÉVIDU ” QU’IL N’A PAS ÉTÉ IMPLIQUÉ DANS LES SOINS DE TRUMP

FAUCI AVERTISSEMENT QUE LE RÉTABLISSEMENT DE TRUMP POURRAIT ALLER EN INVERSEMENT


Lors de leur admission à l’hôpital, 319 patients ont présenté des symptômes neurologiques associés à une infection à coronavirus, représentant 62,7% de l’échantillon total. Plus largement, 419 patients ont observé des maladies neurologiques du COVID-19, représentant 82,3% du groupe surveillé.

Les symptômes neurologiques les plus courants comprenaient les myalgies (douleurs musculaires), les maux de tête, les étourdissements, l’encéphalopathie (31,8%), la dysgueusie (perte de goût) et l’anosmie (perte d’odorat).

Les maladies neurologiques plus graves, telles que les accidents vasculaires cérébraux, les troubles du mouvement, les déficits moteurs et sensoriels et les convulsions, étaient rares, n’affectant que 0,2% à 1,4% des patients.

Une ventilation médicale était nécessaire pour une partie plus importante de l’échantillon, 134 ayant reçu une intervention respiratoire. Cela représentait 26,3% de l’échantillon.

Alors que les infections sévères ont eu tendance à voir plus de cas de maladies neurologiques, résultant souvent d’une fréquence plus élevée d’encéphalopathie chez les patients, plusieurs autres tendances ont été identifiées dans l’étude. Les patients atteints d’une maladie neurologique associée à une infection à coronavirus ont connu en moyenne des séjours hospitaliers plus longs.

Les chercheurs ont également noté que les patients plus jeunes avaient tendance à présenter des manifestations neurologiques aux côtés des infections à coronavirus plus souvent que les patients plus âgés.

Les patients plus âgés, en revanche, étaient plus susceptibles de souffrir d’encéphalopathie et ont vu un temps plus court entre le début d’une infection à coronavirus et l’hospitalisation. Ces patients étaient également plus susceptibles d’être des hommes et d’avoir des antécédents de troubles neurologiques ou de cancer, de maladie rénale chronique, de maladie cardiaque, de tabagisme et de diabète, entre autres conditions préexistantes.

«Le fait que toutes les manifestations neurologiques dans leur ensemble étaient plus susceptibles de se produire chez les personnes plus jeunes est surprenant et pourrait s’expliquer par une plus grande insistance clinique sur le risque d’insuffisance respiratoire que d’autres symptômes chez les patients plus âgés», écrit l’étude.

Les cas d’encéphalopathie étaient également associés à un risque plus élevé de maladie grave et de décès, en dehors de la gravité de l’infection initiale au COVID-19.

READ  Après de longs retards, la fusée la plus puissante de l'ULA s'apprête à lancer un satellite espion classifié

En fin de compte, les symptômes neurologiques associés aux infections au COVID-19 ont été enregistrés chez plus des quatre cinquièmes des patients suivis.

Bien que la cause de l’encéphalopathie chez les patients n’ait pas pu être déterminée, les scientifiques pensent qu’elle provient de la maladie systémique et de l’inflammation causées par COVID-19 et de la neuroinvasion directe par le virus.

Ce rapport s’ajoute à la littérature scientifique documentant les symptômes des infections au COVID-19 en dehors des symptômes respiratoires tels que l’essoufflement et la toux persistante. La perte d’odeur et de goût a été chronique chez des patients atteints de coronavirus à Wuhan, en Chine, et publié dans JAMA de retour en avril.


LA MAISON BLANCHE A REFUSÉ LES OFFRES DU CDC POUR AIDER LE CONTACT À TROUVER L’ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS DE L’ADMINISTRATION

QUELS SONT LES EFFETS SECONDAIRES DU RÉGIME DE TRAITEMENT DU CORONAVIRUS DE TRUMP?

L’ÂGE ET LE POIDS DE TRUMP POURRAIENT LE METTRE À RISQUE DE COMPLICATIONS DU COVID-19

IL DEVRAIT Y AVOIR UNE “ ÉNORME ” RECHERCHE DE CONTACT DES PERSONNES AUTOUR DE TRUMP, DIT UN EXPERT DE LA SANTÉ PUBLIQUE