PARIS (Reuters) – Des précipitations supérieures à la moyenne sur la majeure partie de la France en mars et avril ont amélioré les niveaux des eaux souterraines, mais plus des deux tiers sont restés inférieurs à la moyenne et la situation reste préoccupante dans le sud, a déclaré mercredi le service géologique français BRGM.

Les risques de sécheresse d’ici la fin de l’été 2023 étaient désormais « extrêmement probables » dans le sud-est de la France et autour de Paris, a indiqué le ministère de l’Environnement dans un rapport séparé.

Les conditions extrêmement sèches dans le sud de l’Europe, principalement dans l’Espagne voisine, ont entraîné des pénuries d’eau dans certaines régions, tandis que les agriculteurs s’attendent aux pires rendements depuis des décennies.

La France a subi sa pire sécheresse jamais enregistrée l’été dernier et, comme la majeure partie de l’Europe, a fait face à un hiver sec qui a suscité des inquiétudes quant à la sécurité de l’eau.

Des restrictions d’utilisation de l’eau ont déjà été mises en place dans certaines régions du sud de la France ces derniers mois, les autorités ayant anticipé une sécheresse estivale.

« La situation reste insatisfaisante dans une grande partie du pays : 68% des nappes phréatiques restent en dessous des normales mensuelles en avril (contre 75% en mars 2023) et de nombreux secteurs affichent des niveaux bas ou très bas », indique le BRGM dans sa lettre mensuelle. .

Les niveaux inférieurs à la moyenne s’élevaient à 58 % en avril de l’année dernière.

Les précipitations ont amélioré les niveaux des nappes phréatiques dans le nord du pays, où ils sont désormais jugés satisfaisants en Bretagne et dans certaines parties du nord-est de la France, qui abrite de grandes régions céréalières.

Cependant, certaines inquiétudes persistaient dans le sud-ouest et le nord-est de Paris et la situation dans le sud, y compris sur le littoral méditerranéen, était insatisfaisante à préoccupante, a indiqué le BRGM.

L’impact du temps humide ce mois-ci dépendra de la quantité finale de pluie et du type de sol, a-t-il également déclaré.

(Reportage par Sybille de La Hamaide; Montage par Emelia Sithole-Matarise)