Un local fédération de chasseurs a pris la décision inhabituelle de refuser de chasser malgré la promulgation par la préfecture d’un arrêté prolongeant la période de chasse.

Les chasseurs ont été informés qu’ils pouvaient continuer à chasser le cerf rouge et le daim tout au long du mois de février.

Le président de la Fédération, Gilles Kaszuk, a déclaré La connexion: «Nous arrêtons généralement de chasser le cerf le 1er février dans le Rhin supérieur.

«Cette année, sans concertation, on nous a dit de continuer, et que nous pouvions chasser la nuit en utilisant des lumières infrarouges et en tirant depuis nos voitures, ce que nous considérons comme barbare et plus approprié pour les braconniers que pour les chasseurs.

«Chaque année, on nous donne des quotas pour le nombre d’animaux différents que nous pouvons tirer.

«Cette année, dans des conditions difficiles, il n’y a que quelques zones où les quotas n’ont pas été respectés, mais nous ne pensons pas que ce soit une raison suffisante pour chasser plus que d’habitude. Les animaux ont beaucoup souffert cette année, avec des températures exceptionnellement élevées en été, plus de neige que d’habitude et des inondations, et nous pensons qu’ils devraient être laissés seuls pour le moment. “

Dans un communiqué, le préfet du Haut-Rhin affirme que la chasse est une activité qui contrôle la population de chasseurs et est essentielle pour la préservation de l’agriculture, des forêts et des espaces naturels.

Il indique qu’au 22 janvier, 69% seulement des quotas pour le cerf élaphe et 80,5% pour le cerf en jachère avaient été atteints.

READ  France News: Un partisan de Frexit fait la liste des politiques de l'UE paralysant la nation | Monde | informations

Les populations de cerfs doivent être contrôlées, disent les agriculteurs. Ils chassent pour empêcher les cerfs de manger les jeunes pousses ou de détruire les cultures de maïs, et les chasseurs sont responsables de payer les agriculteurs pour les dommages-intérêts s’ils ne contrôlent pas suffisamment les animaux sauvages.

Des circonstances exceptionnelles permettent de prolonger la saison de chasse pour permettre d’atteindre les quotas.

M. Kaszuk envisage de poursuivre le préfet en justice pour le décret et prévoit une manifestation contre l’ordre.

«Nous allons faire la guerre à ce sujet. Chaque année, les groupements de chasseurs donnent un total de 5,5 millions d’euros aux communes pour le droit de chasser dans le Haut-Rhin, je ne pense pas qu’ils seront heureux de perdre ces revenus si des chasseurs fatigués commencent à partir.

Histoires liées

Des pièges à la hausse le long des routes de montagne et rurales en France

Des amis d’un homme tué par des chasseurs se battent pour changer la loi française