Les moteurs « crêpes » dans ce scénario ne seraient pas « couplés en rotation au moteur », selon la demande de brevet.

La puissance proviendrait d’un générateur de démarrage intégré (similaire à une transmission hybride douce conventionnelle), qui à son tour serait entraîné par le vilebrequin du V8, éliminant ainsi le besoin d’une batterie de traction lourde et encombrante.

Le montage des moteurs EV directement sur les côtés opposés du carter d’huile du moteur permettrait d’économiser de l’espace, selon la demande de brevet, et permettrait à chacun de fonctionner indépendamment, offrant ainsi une vectorisation du couple à l’essieu avant.

Un porte-parole de Ford a refusé de donner des détails sur la Mustang S650 à ce stade, mais a déclaré que le modèle ferait toujours partie du plan de produit européen de Ford.

L’année dernière, Ford a mis fin aux ventes européennes de la Mustang Ecoboost d’entrée de gamme, qui a partagé son turbocompressé Moteur quatre cylindres de 2,3 litres avec Focus ST, en raison du ralentissement des ventes.

On ne sait pas si ce moteur pourrait faire un retour en conjonction avec un système hybride, mais le brevet de Ford s’applique aux moteurs en forme de V.

Compte tenu du degré de camouflage qui orne encore ce prototype, une révélation est clairement loin, mais 2022 sera la septième année de vente de la Mustang actuelle, il est donc très probable qu’elle soit lancée en 2023.