L'étape principale du système de lancement spatial (SLS) de la NASA dans le banc d'essai B-2 du centre spatial Stennis de la NASA, près de Bay St. Louis, Mississippi.

L’étape principale du système de lancement spatial (SLS) de la NASA dans le banc d’essai B-2 du centre spatial Stennis de la NASA, près de Bay St. Louis, Mississippi.
Image: NASA

Les ingénieurs de la NASA et de Boeing ont ajouté des propulseurs cryogéniques à l’étape principale du système de lancement spatial (SLS), franchissant une étape importante dans le développement de cette fusée avancée.

C’est sept de moins, un à faire.

La NASA est en train de tester Green Run à l’étape principale de SLS, une série de tests pour préparer la fusée pour un lancement réel attendu depuis longtemps. Le dernier test, effectué dimanche au centre spatial Stennis de la NASA dans le Mississippi, a été surnommé la «répétition générale humide», dans laquelle les ingénieurs ont chargé plus de 700 000 gallons de propulseurs cryogéniques dans les réservoirs de la fusée. Le propulseur a ensuite été contrôlé et drainé, «remettant la platine dans un état sûr», selon à une déclaration de la NASA.

La NASA peut désormais cocher le septième élément de cette liste.

La NASA peut désormais cocher le septième élément de cette liste.
Graphique: NASA

Une fois ce septième test Green Run terminé, la NASA peut désormais envisager le huitième et dernier test, dans lequel les quatre moteurs RS-25 seront mis à feu pendant plus de huit minutes. Ce test préparera le terrain pour la certification et l’aube de l’ère Artemis. La NASA espère lancer SLS, sans équipage, en novembre 2021.

La fusée SLS de 212 pieds de haut, avec son énorme étage central à quatre moteurs, fait partie intégrante du programme Artemis. Le projet actuel d’envoyer des astronautes sur la surface lunaire en 2024 pourrait être perturbé si le programme SLS ne parvient pas à livrer à temps.

Le propulseur pour SLS se compose d’hydrogène liquide et d’oxygène liquide. Ensemble, ce propulseur sert de carburant et d’agent oxydant nécessaire pour faire brûler le carburant. Les produits chimiques sont refroidis à des températures ultra-basses pour maintenir le propulseur sous une forme liquide compacte. Six barges ont livré le propulseur nécessaire au test, un exploit rendu possible grâce à un réseau de voies navigables dans la région. Le ravitaillement a été effectué alors que la section de fusée principale SLS était stabilisée par le banc d’essai B-2 de l’installation.

L'étage central est appelé «l'épine dorsale» de la fusée SLS.

L’étage central est appelé «l’épine dorsale» de la fusée SLS.
Graphique: NASA

Les ingénieurs de la NASA et de Boeing ont soigneusement surveillé tous les systèmes d’étage de base pendant le test. Un examen préliminaire des données suggère que «l’étape a bien fonctionné pendant le processus de chargement et de remplissage du propulseur», selon la NASA.

Mais le test n’était pas parfait. Le plan était de simuler un compte à rebours réel avec du propulseur dans le noyau, mais le test s’est brusquement terminé lorsque l’horloge a atteint T-33 secondes, pour des raisons qui ne sont pas encore connues. «L’étage principal et le banc d’essai B-2 sont en excellent état, et cela ne semble pas être un problème avec le matériel», a expliqué la NASA, ajoutant que «l’équipe évalue les données pour identifier la cause exacte de l’arrêt prématuré. . »

Malgré ce problème apparent, la NASA va maintenant aller de l’avant avec le huitième test Green Run, qui devrait être beaucoup plus excitant que le chargement de propulseurs. En effet, nous avons hâte de voir ce monstre se déclencher, même s’il doit rester au sol. Au moins pour l’instant.

READ  Rockville: Coyote qui a attaqué 2 femmes, 1 garçon était enragé