La Hongrie, avec des poignards jetés à Bruxelles sur l’Etat de droit, a été condamnée, mardi 6 octobre, par la justice européenne pour sa loi sur les universités étrangères qui a contraint l’Université d’Europe centrale (CEU), fondée par le financier américain d’origine hongroise George Soros, pour déplacer la plupart de ses activités à Vienne. Le milliardaire estime que la décision vient «trop tard». Est “Une victoire pour les valeurs fondamentales de l’Union européenne (UE)”, plus “Nous ne pouvons pas retourner en Hongrie”, ne pas “Le gouvernement bafoue constamment les valeurs de l’UE”, a réagi dans un communiqué.

La Cour de justice de l’Union européenne a jugé que les exigences imposées par Budapest à la CEU et à d’autres universités étrangères étaient discriminatoires. Il a demandé à la Hongrie de respecter les normes européennes. Les juges luxembourgeois ont suivi l’avis rendu par l’avocat général début mars. Ils dénoncent “Un moyen de discrimination arbitraire”. Ces mesures sont “Il est susceptible de limiter la liberté académique”, maintient la Cour dans sa sentence. Les conditions introduites par la Hongrie pour permettre aux établissements d’enseignement supérieur étrangers d’opérer sur son territoire sont “Incompatible avec le droit de l’Union”il a également dit dans un communiqué.

L’Université d’Europe centrale (CEU) fondée par George Soros, bête noire du Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui l’accuse d’encourager l’immigration et de conspirer contre son gouvernement à travers les ONG qu’elle finance, a transféré en novembre 2019 l’essentiel de ses activités dans la capitale autrichienne en raison de la nouvelle législation qui oblige les universités étrangères situées en Hongrie à avoir un campus et des cours dans leur pays d’origine. La loi exige également la conclusion d’une convention internationale avec l’État d’origine de l’établissement. Le CEU a été fondé en vertu des lois de l’État de New York.

READ  comment gérer Covid-19 à l'école
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Hongrie: “Université Soros” dans le collimateur du régime Orban

Un “double standard inacceptable, deux mesures”

Comme prévu, Budapest a protesté contre cette décision. «Les doubles standards sont inacceptables. Il n’est pas possible de créer une loi qui profite à l’Université de Soros “La ministre de la Justice Judit Varga a commenté sur Facebook. “La Hongrie appliquera l’arrêt de la Cour européenne dans l’intérêt du peuple hongrois”elle a ajouté.

Fondée en 1991 peu après la chute du communisme pour promouvoir la démocratie libérale, la CEU affirmait, fin 2018, avoir pris les mesures nécessaires aux États-Unis pour se conformer à la nouvelle législation hongroise, mais ces efforts n’avaient pas suffi à éviter leur mouvement. Situé au cœur de Budapest, ce prestigieux établissement d’enseignement supérieur privé d’inspiration libérale avait accueilli 14 000 étudiants soigneusement sélectionnés du monde entier pour étudier, en anglais, dans des conditions exceptionnelles et souvent enviées. par la communauté universitaire locale.

De nature privée, il fonctionne grâce à une dotation de 550 millions d’euros de la société financière américaine, qui permet notamment d’octroyer des bourses à une large majorité d’étudiants. En vingt-cinq ans, la CEU a formé une génération d’élites, actuellement au pouvoir dans toute l’Europe centrale, dont le gouvernement de M. Orban.

Diplômé en doctorat, cet espace de promotion du progressisme est désormais partagé entre Budapest et Vienne, deux capitales distantes de 240 kilomètres. Les nouveaux étudiants les plus en vogue pour les diplômes américains étudient dans la ville autrichienne. Le campus de Budapest poursuit son activité pour les diplômes hongrois, ainsi que pour les étudiants participant déjà à un cours international.

READ  Apple devient la première entreprise américaine à valoir plus de 2000 milliards de dollars en bourse
Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Hongrie face à “l’affaire Soros”

Violation de l’état de droit

Les exigences de la nouvelle loi hongroise sont en contradiction avec les dispositions de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne relatives à la liberté académique, à la liberté de créer des établissements d’enseignement supérieur et à la liberté de faire des affaires, soutient la Cour. dans votre décision.

Accusé par les Européens de violer l’Etat de droit, le gouvernement de Viktor Orban est régulièrement dans l’impasse. Le Parlement européen a accusé Budapest de “Violation grave” L’UE apprécie et a activé une procédure au titre de l’article 7 du traité UE, qui en théorie peut conduire à des sanctions. Le premier rapport sur le respect de l’état de droit dans les pays de l’UE présenté fin septembre par la Commission européenne s’est avéré extrêmement critique pour la Hongrie et la Pologne, deux pays où les conséquences des réformes de la justice entraînent de “Graves inquiétudes”.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Viktor Orban résiste à la Commission européenne sur «l’Université Soros»

Les États membres ont approuvé un mécanisme pour subordonner le paiement des fonds européens au respect de l’État de droit, une nouveauté dans l’UE. La Hongrie et la Pologne ont voté contre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “Le gouvernement hongrois doit laisser les universités tranquilles”

Le monde avec l’AFP