La Hongrie ne peut plus être considérée comme une démocratie à part entière, a déclaré le Parlement européen lors d’un puissant vote symbolique contre le gouvernement de Viktor Orbán.

Dans une résolution soutenue par 81 % des députés présents pour voter, le Parlement a déclaré que Hongrie il était devenu un « régime hybride d’autocratie électorale », alléguant un effondrement de la démocratie, des droits fondamentaux et de l’État de droit.

Bien que le vote n’ait aucun effet pratique, il accroît la pression sur les autorités de l’UE à Bruxelles pour qu’elles ne versent pas des milliards en espèces de l’UE à la Hongrie, qui sont bloqués en raison de problèmes de corruption.

La Hongrie est peine à convaincre la Commission européenne de débloquer 4,64 milliards d’euros dans les fonds de relance Covid, gelés depuis plus d’un an. Budapest tente également d’éviter une procédure judiciaire distincte qui pourrait conduire à 24,3 milliards d’euros de prélèvements sur les fonds de cohésion, d’argent pour les infrastructures et le développement économique.

La Commission européenne devrait proposer dimanche de couper 70% des fonds de cohésion de la Hongrie, mais cela ouvrira également la porte à un compromis, selon deux eurodéputés au fait des discussions. « Plus ou moins ce que nous entendons, c’est que la commission proposera … ces sanctions ou mesures financières », a déclaré Moritz Körner, un eurodéputé allemand, qui a été informé par la commission.

Dans un récent document interne, des responsables de la Commission ont suggéré qu’il existait un risque « très important » pour la gestion par la Hongrie des fonds de l’UE, citant des violations des règles d’intérêt public et un nombre inhabituellement élevé de contrats attribués à un seul soumissionnaire, un signal d’alarme pour les observateurs de la transparence. . Le document, qui a été retiré du site Web de la commission, suggère une réduction de 70% des fonds comme « proportionnée » au risque.

READ  Le roman à succès de Sally Rooney, Normal People, imprimé par un éditeur d'État chinois

La Hongrie aura jusqu’à la mi-novembre pour mettre de l’ordre dans sa maison. Après une offensive de charme à Bruxelles, le gouvernement hongrois devrait proposer une série de lois pour lutter contre la corruption la semaine prochaine. Les critiques craignent que la Commission soit prête à accepter des changements cosmétiques pour désamorcer les conflits sur les fonds de l’UE.

« La commission a conclu un accord tiède avec le gouvernement hongrois sur le taux de change qu’il souhaite voir », a déclaré Daniel Freund, un eurodéputé vert allemand, également informé des projets de la commission. « Il y a un très court terme et… espérer que les dégâts qu’Orbán a fait avec [his] majorité constitutionnelle depuis 12 ans, maintenant cela peut être réparé en quelques semaines, ou quelques mois, je pense que c’est optimiste pour le moins ».

Orbán est au pouvoir depuis 2010 et a détenu une majorité parlementaire des deux tiers pendant une grande partie de cette période.

Un porte-parole de la Commission européenne a refusé de commenter, mais a déclaré qu’elle examinait les « mesures correctives » proposées par la Hongrie et avait jusqu’au 21 septembre pour déterminer la prochaine étape.

La résolution du Parlement européen, qui pointe « les risques de clientélisme, de favoritisme et de népotisme dans la haute administration publique », rendra cependant plus difficile toute escalade dans la protection des fonds de l’UE.

Gwendoline Delbos-Corfield, l’eurodéputée française qui a rédigé la résolution, a qualifié les conclusions de claires et irrévocables. « La Hongrie n’est pas une démocratie. Il était plus urgent que jamais que le Parlement adopte cette position, étant donné le rythme alarmant auquel l’État de droit recule en Hongrie.

Il a ajouté que « la grande majorité des eurodéputés soutenant cette position au Parlement européen est sans précédent ». Sur les 534 députés présents au vote de Strasbourg, 433 ont voté pour, 123 contre et 28 se sont abstenus.

La grande majorité a été aidée par la décision d’Orbán en 2021 de quitter la famille politique européenne de centre-droit, le Parti populaire européen (PPE). Le PPE avait auparavant offert au parti hongrois Fidesz une certaine protection contre les votes critiques, mais Orbán a retiré son parti avant que les eurodéputés de centre-droit ne l’évincent.

Le vote est presque exactement quatre ans après que les eurodéputés ont voté en faveur d’une action disciplinaire contre la Hongrieune décision finalement entre les mains des 26 autres États membres de l’UE, dont la plupart ont montré peu d’appétit pour le conflit avec Budapest.

Les députés, qui n’ont pas le pouvoir de refuser des fonds à la Hongrie, ont blâmé le Conseil des ministres de l’UE et la Commission européenne pour leur prétendue inaction, un point clairement indiqué dans la résolution. Les députés ont exprimé leur « profond regret que l’absence d’action décisive de l’UE ait contribué à l’effondrement de la démocratie, de l’État de droit et des droits fondamentaux en Hongrie, transformant le pays en un régime hybride d’autocratie électorale ».

La conclusion accablante du Parlement était basée sur des rapports d’organes appartenant au Conseil de l’Europe, ainsi que sur la jurisprudence de la Cour de justice de l’UE et de la Cour européenne des droits de l’homme.

Les députés ont également cité le verdict de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui a rapporté en avril que Les élections hongroises qui ont ramené Orbán au pouvoir pour le quatrième mandat consécutif il était « assombri par l’absence de règles du jeu équitables ». L’OSCE a envoyé une mission à part entière en Hongrie, une étape presque sans précédent pour un État membre de l’UE.

Le rapport a également noté les préoccupations des juges hongrois concernant l’indépendance judiciaire dans leur pays, à la suite de nombreux changements apportés par le gouvernement Orbán, notamment la nomination de juges de la Haute Cour en dehors des procédures normales.

La mesure a rencontré l’opposition des eurodéputés des partis eurosceptiques et d’extrême droite. Dans une déclaration incluse dans le projet de résolution, ils ont fait valoir que les conclusions étaient « basées sur des opinions subjectives et des déclarations politiquement biaisées » qui reflétaient « de vagues préoccupations, des jugements de valeur et des doubles standards ».

Ces eurodéputés ont également précisé que le rapport se fondait sur « des affaires résolues depuis longtemps par les instances compétentes, ou qui font référence à des questions faisant partie du débat public et relevant de la compétence exclusive des États membres ».