La Grèce a encore un long chemin à parcourir pour égaler le taux moyen européen des transactions numériques, comme le montrent les données de la Banque centrale européenne sur l’utilisation des médias en ligne par citoyen : la Grèce n’était classée que 21e en 2020 sur 27 États membres de l’Union européenne, avec seulement 166 transactions par an et par personne, contre une moyenne de 266 transactions dans la zone euro.

La baja clasificación, a pesar de los avances registrados en el uso de medios de pago electrónicos como tarjetas y otras redes en línea en este país, se atribuye al rezago en comparación con los mercados europeos maduros como Luxemburgo, Dinamarca, Finlandia, Suecia y los Pays Bas. où l’utilisation des paiements en ligne est universelle. Il existe également un déficit important même par rapport aux États membres les moins matures, tels que la Belgique, la France, l’Allemagne, l’Autriche et le Portugal, et même les États baltes.

Bien sûr, il ne faut pas ignorer les progrès que la Grèce a réalisés ces dernières années dans l’utilisation des cartes de crédit et de débit, passant de la 25e place dans l’utilisation de la monnaie plastique dans l’UE en 2019 à la 18e l’année dernière, selon le ratio transactions par citoyen. . La tendance qui est montée en flèche au début de la pandémie se poursuit fortement en 2021.

En 2020, l’utilisation des paiements en ligne s’est développée, enregistrant 1,77 milliard de transactions de ce type, soit une augmentation de 30,6% par rapport à 2019. Les cartes, en particulier, ont enregistré une augmentation annuelle de 41% des transactions l’année dernière, et leur valeur a même augmenté. plus rapide, de 43,7% à 36,8 milliards d’euros contre 26,2 milliards d’euros en 2019.

READ  HelloFresh s'engage dans le programme de récupération des plastiques océaniques, soutenant les communautés pauvres

Les transferts d’argent ont également augmenté de manière significative, de 35,3%, à 477,6 millions l’an dernier contre 353 millions en 2019, bien que leur valeur n’ait augmenté que de 5,3% à 718,7 milliards d’euros contre 699 milliards d’euros un an plus tôt.

En revanche, il y a eu une réduction notable du nombre de paiements effectués par chèques: ils ont enregistré une baisse annuelle de 20,6% m, à 4,4 millions, contre 5,6 millions en 2019. La valeur des paiements effectués de cette manière Elle a également considérablement diminué , de 89,4 milliards d’euros en 2019 à 66,4 milliards d’euros en 2020.

La valeur des commandes permanentes est restée inchangée à 9 milliards d’euros l’année dernière par rapport à l’année précédente, et le nombre de ces transactions s’est élevé à 26,8 millions.