Publié le:

Les autorités géorgiennes ont arrêté vendredi l’ancien président Mikheil Saakachvili peu après son retour d’exil, déclenchant une possible confrontation avec ses partisans de l’opposition.

Saakachvili, un flamboyant réformateur pro-occidental qui a quitté le pays du Caucase après la fin de son deuxième mandat présidentiel en 2013, a annoncé son retour dans des messages vidéo vendredi, un jour avant des élections locales étroitement surveillées.

Ses opposants au parti au pouvoir Georgian Dream avaient averti que Saakashvili serait arrêté pour abus de pouvoir en 2018 s’il revenait, et le Premier ministre Irakli Garibashvili a déclaré qu’ils l’avaient rapidement arrêté.

« Le troisième président de Géorgie, Mikheil Saakashvili, a été arrêté aujourd’hui et envoyé en prison », a déclaré Garibashvili lors d’une conférence de presse dans la capitale, Tbilissi.

L’arrestation de l’homme de 53 ans est presque certaine de déclencher des troubles en Géorgie, une petite ancienne république soviétique du Caucase qui est en proie depuis des années à l’instabilité politique.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux vendredi matin, Saakachvili a déclaré qu’il se trouvait dans la ville occidentale de Batoumi et qu’il était rentré en Géorgie depuis l’Ukraine pour garantir l’équité des élections de samedi.

« J’ai risqué ma vie et ma liberté pour être de retour », a déclaré Saakashvili.

« J’appelle tout le monde à se rendre aux élections et à voter pour le Mouvement national uni », a-t-il déclaré, faisant référence au principal parti d’opposition géorgien qu’il a lui-même fondé.

« Gouvernement usurpateur »

Les élections municipales sont un test clé pour Georgian Dream et sont surveillées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de la Géorgie pour déceler les signes d’un recul démocratique dans le pays.

READ  Air Mauritius sélectionne APG en Allemagne, en Italie et en Suisse

Saakachvili, arrivé au pouvoir en 2004 après un soulèvement pacifique et qui bénéficie toujours d’un public farouchement fidèle, a appelé ses partisans à se rassembler dimanche dans la rue principale de la capitale Tbilissi.

« Si le gouvernement usurpateur peut m’arrêter avant cela, il ne devrait que nous renforcer », a-t-il déclaré.

Saakachvili a été reconnu coupable par contumace d’abus de bureau en 2018 et condamné à six ans de prison. Il nie tout acte répréhensible et affirme que l’affaire est motivée par des considérations politiques.

Les autorités ont déclaré vendredi matin qu’il n’y avait aucune trace de Saakachvili franchissant les frontières de la Géorgie et Georgian Dream a déclaré qu’il mentait sur sa présence dans le pays.

Mais Garibashvili a déclaré aux journalistes que les forces de l’ordre avaient retracé les déplacements de Saakachvili de l’Ukraine à la Géorgie et « avaient choisi un moment et un lieu pour l’opération de police qui créeraient un minimum d’obstacles à l’arrestation ».

Saakachvili vit en Ukraine, où il dirige une agence gouvernementale qui dirige les réformes.

Il a annoncé son retour prévu en Géorgie plus tôt cette semaine, affirmant qu’il se rendrait à Tbilissi samedi soir et posterait une copie de son billet.

Garibashvili a déclaré à l’époque que « si Saakachvili mettait le pied sur le sol géorgien, il serait immédiatement arrêté et emmené en prison ».

Milliardaire puissant

Fondé par la puissante milliardaire Bidzina Ivanishvili, Georgian Dream est le parti au pouvoir depuis 2012.

Des critiques ont accusé le parti d’avoir utilisé des procédures pénales pour punir les opposants politiques et les journalistes. Interpol a rejeté les demandes de Tbilissi de publier une notice rouge contre Saakachvili.

READ  Un milliardaire japonais avec des laissez-passer gratuits pour un voyage sur la lune obtient plus de 3 Lakh d'applications, la plupart en provenance d'Inde

Georgian Dream a remporté de justesse les élections législatives l’année dernière, mais l’opposition, dirigée par l’UNM de Saakachvili, a affirmé que le vote avait été truqué et a refusé de siéger.

L’Union européenne a négocié un accord pour mettre fin à la crise, en vertu duquel Georgian Dream s’est engagé à tenir un vote parlementaire anticipé s’il remporte moins de 43% aux élections locales de samedi.

Le parti au pouvoir s’est retiré unilatéralement de l’accord en juillet, s’attirant de vives critiques de la part de l’Union européenne et des États-Unis.

Avec une inquiétude croissante en Occident concernant les références démocratiques du parti au pouvoir, les États-Unis ont fait allusion à d’éventuelles sanctions contre les responsables de Georgia Dream.

(AFP)