Les conséquences de la fonte des calottes glaciaires et des glaciers sont nombreuses. Ils peuvent élever le niveau de la mer, épuisent les ressources en eau douceOui faire disparaître à jamais les espèces.

La fonte des glaciers a également le potentiel de redessiner les frontières politiques imaginaires et d’enflammer les arguments territoriaux.

Cette conséquence du changement climatique et du recul glaciaire se manifeste en temps réel dans les Alpes enneigées entre la ville italienne de Cervinia et le canton suisse de Zermatt, où la frontière entre les deux pays est devenue de plus en plus trouble en raison de la fonte accélérée du glacier résident de la région.

Et pris entre les frontières mouvantes, le destin d’une auberge de montagne italienne, dont la majeure partie se trouve désormais sur le sol suisse.

Les responsables des deux pays travaillent à redessiner un tronçon de 100 mètres de la frontière, Agence France Presse signalé cette semaine, avec des ramifications économiques potentiellement importantes compte tenu de la popularité de la région auprès des skieurs.

changer de ligne

Glacier Théodul—dont la plupart sont situés en Suisse—est situé sur le site du col de Theodul, un domaine skiable populaire qui marque la frontière entre l’Italie et la Suisse.

La frontière réelle entre les deux pays se situe au niveau de la ligne de partage des eaux du glacier, une ligne identifiable marquant le point où l’eau de fonte de la glace s’écoule d’un côté de la montagne ou de l’autre, ou dans ce cas du côté suisse ou du côté italien.

READ  L'UE retarde la taxe numérique alors que les négociations fiscales progressent

Mais le recul constant du glacier Theodul ces dernières années a changé cette division, car il a perdu plus d’un quart de sa masse entre 1973 et 2010, selon AFP. Et la scission se trouve maintenant directement sous le « Guide du Cervin », un refuge et refuge de ski et de montagne populaire.

L’auberge a été construite dans les années 1980 entièrement sur le sol italien, selon les médias italiens La république. Mais maintenant, compte tenu de la physiologie changeante du glacier, environ les deux tiers du refuge se trouvent techniquement sur le territoire suisse.

Les pourparlers de l’année dernière entre les autorités italiennes et suisses sur le sort de l’auberge se sont soldés par un note soi-disant positivebien que les deux parties aient fait des concessions, dont les détails ne seront pas révélés avant que le gouvernement suisse n’approuve l’accord l’année prochaine.

Le territoire en question « ne vaut pas grand-chose », a déclaré Alain Wicht, haut responsable des frontières de l’agence nationale suisse de cartographie Swisstopo. AFP, Mais il a ajouté que c’est la première fois qu’une structure physique est impliquée et que les considérations économiques sont de mise compte tenu de la popularité de la région auprès des skieurs et des alpinistes.

La ville italienne de Cervinia et l’auberge sont connues pour leur proximité avec la montagne Testa Grigia, une destination populaire pour les skieurs et les alpinistes. Un projet impliquant de nouvelles liaisons par téléphérique pour mieux relier le lodge aux villes environnantes aurait également été en cours. La république.

Frontières du changement climatique

Le différend frontalier entre l’Italie et la Suisse est loin d’être la seule fois où la hausse des températures a eu un impact sur le redessin des frontières politiques, et ce n’est même pas la seule fois qu’une frontière italienne a été touchée. .

READ  Immobilier: une hausse des prix en trompe l'oeil

Pour des raisons très similaires à celles qui sous-tendent le changement de frontière dans « Guide du Cervin », la frontière alpine de l’Italie avec l’Autriche subit également un changement en raison de la Retraite du glacier Graffernersur lequel se situe la frontière.

En 2006, les autorités italiennes et autrichiennes ont même introduit la notion juridique de «bord mobile», qui prend en compte les changements environnementaux des frontières autrefois considérées comme stables.

Les pays dont les frontières sont basées sur des structures naturelles et des points de repère qui sont restés pratiquement inchangés depuis des millénaires, tels que les glaciers ou les lits des rivières, devront probablement faire face à des lignes frontalières redessinées alors que les températures mondiales continuent de se réchauffer.

Le fleuve Indus en Asie du Sud fait partie de la frontière entre l’Inde et le Pakistan, et les deux pays ont conclu un accord dans les années 1960 qui permet aux deux de bénéficier du fleuve. Mais la tête de la rivière se trouve en territoire indien, alimentée par un glacier qui est lui-même reculant rapidement aussi.

Les changements à la source de l’Indus pourraient signifier un changement radical disponibilité réduite de l’eau et les changements dans l’hydrologie de la rivière utilisée pour marquer la frontière elle-même.

Les risques auxquels est confronté le fleuve Indus ont poussé les scientifiques et les experts à émettre des avertissements sur l’état de la frontière et la sécurité de l’eau dans la région, et ont appelé à une réévaluation de l’accord frontalier entre l’Inde et le Pakistan afin de mieux répondre aux risques climatiques potentiels.

READ  La Grande-Bretagne fond à des températures extrêmes

Inscrivez-vous pour le caractéristiques de la fortune liste de diffusion afin que vous ne manquiez pas nos plus grandes fonctionnalités, nos interviews exclusives et nos enquêtes.