Des titres de séjour vont être accordés à sept handballeuses afghanes réfugiées au Pakistan après avoir fui le régime taliban, a annoncé mardi le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

Après avoir été interrogé par la députée du parti communiste français Soumya Bourouaha, Darmanin a déclaré que la France accorderait aux sept femmes des « permis de séjour » et que « si elles demandent l’asile en France […]Nous espérons qu’ils pourront trouver asile sur le territoire national. »

Lors d’un débat public hebdomadaire à l’assemblée où les parlementaires interrogent le gouvernement, Bourouaha a noté que les droits des femmes se sont fortement détériorés en Afghanistan. « Il est interdit aux femmes d’aller à l’école, de travailler, de voyager sans un homme », a-t-elle déclaré.

En outre, le régime taliban a interdit aux athlètes féminines de haut niveau de s’entraîner grâce à l’application nationale de la charia. Lundi, le régime a annoncé qu’« il appliquera désormais strictement la loi islamique, marquant le retour des exécutions publiques, des flagellations, des amputations et des lapidations », a expliqué Bourouaha.

Le parlementaire a prévenu que « de nombreux sportifs de haut niveau tentent chaque jour de fuir l’Afghanistan pour échapper à la répression ».

Selon Bourouaha, « toutes les conditions sont réunies pour qu’ils soient pleinement accueillis en France […] et tous nos [official] les interlocuteurs nous ont dit qu’ils agiraient rapidement pour obtenir un visa ». Cependant, les sept femmes « n’ont pas encore été contactées par l’ambassade de France à Islamabad et vivent dans des conditions indignes et précaires ».

Darmanin a déclaré que « des discussions sur la sécurité » sont en cours. Cela se fera rapidement et « nous pourrons non seulement délivrer des titres de séjour mais aussi contribuer à leur rapatriement ».

READ  nouvelles restrictions imposées sur le Rhône et la Haute-Garonne

(Davide Basso | EURACTIV.fr)