La France sollicite le soutien de l’Union européenne pour retarder un accord commercial prévu entre l’UE et l’Australie, dans le cadre d’un plan visant à punir l’Australie pour ce qu’elle considère comme un canular de Canberra et un subterfuge en série avant d’annuler le contrat pour 12 sous-marins de la classe d’attaque française.

Le contrat de sous-marin de 90 milliards de dollars australiens (48 milliards de livres sterling) était la pièce maîtresse de la coopération franco-australienne dans l’Indo-Pacifique, mais les Australiens ont choisi de former un pacte américano-britannique-australien appelé Aukus, et ils construiraient probablement huit sous-marins motorisés. Il sera livré entre 2030 et 2040.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, est intervenue lundi dans le différend diplomatique, affirmant que la France avait été traitée de manière inacceptable par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni et que de nombreuses questions restaient sans réponse. Les ministres des Affaires étrangères de l’UE devaient discuter de la crise en marge de l’assemblée générale de l’ONU à New York.

Le prochain cycle de négociations commerciales entre l’UE et l’Australie, le douzième, est prévu le mois prochain, et il reste à voir dans quelle mesure les autres États de l’UE veulent être impliqués dans les conséquences de la perte d’un contrat commercial par la France.

Le ministre australien du Commerce, Dan Tehan, a nié que le différend sur la sécurité ait débordé sur l’accord de libre-échange prévu avec le troisième partenaire commercial de l’Australie. « C’est comme d’habitude quand il s’agit de nos négociations sur cet accord de libre-échange », a-t-il déclaré. « Tout indique qu’il est dans l’intérêt de l’Union européenne et de l’Australie que nous poursuivons cet ALE. »

READ  Des régions de la Suisse en alerte aux inondations après des pluies torrentielles

La France a appelé ses ambassadeurs à Washington et Canberra dans une manifestation sans précédent et sa ministre des Armées Florence Parly, actuellement au Mali, a reporté une rencontre prévue cette semaine avec le secrétaire britannique à la Défense Ben Wallace. Un appel téléphonique prévu entre le président américain Joe Biden et le président français Emmanuel Macron demandé par Biden n’a pas encore été inclus dans les journaux.

Macron, qui risque sa réélection l’année prochaine, est resté muet sur l’humiliation commerciale et diplomatique infligée à son pays, qui a effectivement laissé en lambeaux la stratégie de la France pour l’Indo-Pacifique, basée sur la coopération avec l’Australie et l’Inde.

Mais les avocats du gouvernement français et du groupe Naval, soutenu par l’État, préparent déjà une demande d’indemnisation massive qui activera les clauses de flexibilité et de rupture inscrites dans le contrat signé pour la première fois en 2016.

D’autres options françaises consistent à vendre des sous-marins à propulsion nucléaire à l’Inde ou à persuader les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni de leur permettre de rejoindre le pacte de sécurité d’Aukus et même de participer à la construction des sous-marins.

Boris Johnson a insisté sur le fait que le pacte, qui devrait s’étendre au-delà de la fabrication de sous-marins à l’intelligence artificielle et à la robotique, n’avait pas vocation à être exclusif. « Le Royaume-Uni et la France ont une relation très, très importante et indestructible et bien sûr, nous discuterons avec tous nos amis de la façon de faire fonctionner le pacte d’Aukus afin qu’il ne soit pas exclusif, ne divise pas et qu’il n’ait vraiment pas à le faire. être comme ça. « , a dit.

READ  VIDEO - Images spectaculaires de la crue du Gardon vue du ciel

Il a affirmé que le pacte n’était qu’un moyen sensé de partager certaines technologies. « Mais cela ne signifie en aucun cas que nous voulons être l’adversaire de quelqu’un d’autre. »

Ben Wallace, s’exprimant à la Chambre des communes, a également tenté de calmer les Français en déclarant : « Il n’y a absolument aucune intention ici de la part du gouvernement britannique de déranger ou de creuser un fossé entre nous et la France. Il n’y avait aucune ruse derrière le dos. C’était fondamentalement le droit de l’Australie de choisir une capacité différente, et c’est ce qu’elle a fait. »

Mais les Français disent que les Britanniques n’ont pas mentionné l’annulation prévue du contrat lorsque Wallace et le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Dominic Raab, ont rencontré leurs homologues français à Paris pour discuter de leurs « responsabilités distinctes » dans l’Indo-Pacifique.

La valeur des paroles rassurantes de Johnson pourrait être diminuée aux yeux des Français si Johnson choisit de célébrer le nouvel accord avec l’Australie en dînant mardi soir à la résidence de l’ambassadeur d’Australie à Washington.

Les Français insistent sur le fait que malgré les demandes directes des ministres australiens, ils n’ont jamais reçu d’avertissement privé indiquant que le contrat était si près d’être rompu. L’Australie a déclaré qu’il était de notoriété publique, y compris lors d’audiences parlementaires australiennes, que le gouvernement envisageait un plan B en raison des lacunes du sous-marin de conception française, y compris la portée.

La France estime que les États-Unis, en particulier Kurt Campbell, le coordinateur de la Maison Blanche pour l’Indo-Pacifique, ont activement encouragé l’Australie à abandonner le contrat français en faisant l’offre inédite de partager sa technologie de propulsion nucléaire. Les États-Unis se sentent justifiés de soutenir le mouvement parmi leurs alliés dans la région.

READ  Julien Stéphan (Rennes): "Un match très difficile" à Séville

Le pacte, ou du moins l’humiliation de la France, n’a pas été salué par tous dans le Parti conservateur. Le président conservateur de la commission restreinte de la défense, Tobias Ellwood, a déclaré que les Français avaient réagi de manière excessive, mais a ajouté que « le moment et la forme de cette annonce ne sont pas sans conséquences diplomatiques et soulèvent davantage de questions sur la cohésion, l’objectif et le leadership de l’OTAN après un coup d’État en Afghanistan ».

Il a averti : « Le comportement autoritaire de la Chine ne peut pas être vaincu uniquement par des moyens militaires. Nous avons besoin de tous les outils et de toutes les alliances pour travailler vers un objectif stratégique commun ».