La France a suspendu le mois dernier l’expulsion des migrants afghans dont les demandes d’asile avaient été rejetées, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays alors que les talibans lancent une offensive, a annoncé jeudi le gouvernement.

Le ministère français de l’Intérieur a indiqué à l’AFP dans un communiqué que cette politique était en place depuis début juillet, à la suite d’annonces similaires de suspension de ces expulsions par l’Allemagne et les Pays-Bas.

« Nous suivons de près la situation avec nos partenaires européens », a déclaré le ministère français de l’Intérieur.

Les Afghans en 2020 étaient les plus asile demandes dans La France, avec 8 886 demandes.

L’Allemagne et les Pays-Bas ont annoncé mercredi avoir mis fin aux rapatriements forcés d’Afghans migrants en raison de la détérioration de la sécurité dans Afghanistan, un changement brutal par rapport à votre position précédente.

Les autorités avaient déclaré mardi que les deux gouvernements s’étaient joints à leurs homologues autrichien, belge, danois et grec par écrit à l’exécutif de l’UE, affirmant qu’ils devraient être autorisés à poursuivre les expulsions d’immigrants afghans si leurs demandes d’asile échouent.

L’Afghanistan a exhorté l’UE en juillet à suspendre les expulsions forcées de migrants afghans pendant trois mois alors que les forces de sécurité luttent contre le Talibans offensive avant le retrait total de l’armée américaine d’Afghanistan le 31 août.

Les talibans ont envahi 10 capitales provinciales en une semaine dans une offensive éclair, la dernière des stratégies ville afghane de Ghazni, à seulement 150 kilomètres (95 miles) de Kaboul.

READ  Novak Djokovic se sent "motivé" à concourir malgré une année controversée

Le gouvernement a maintenant perdu la majeure partie du nord et de l’ouest de l’Afghanistan et s’est retrouvé avec un ensemble dispersé de villes contestées qui risquent également dangereusement de tomber entre les mains des talibans.

Le conflit s’est considérablement intensifié depuis mai, lorsque les forces dirigées par les États-Unis ont entamé la dernière étape d’un retrait des troupes qui se terminera plus tard ce mois-ci après une occupation de 20 ans.

(AFP)