La France est susceptible de prolonger sa date limite de demande du 30 juin pour les nouveaux permis de séjour post-Brexit, ce qui pourrait permettre à des milliers de citoyens britanniques de trois mois supplémentaires pour obtenir des soins de santé locaux, un emploi et d’autres droits.

La préfecture des Côtes d’Armor La Grande-Bretagne a déclaré jeudi que la date limite pour les citoyens britanniques résidant légalement en France avant le 31 décembre de l’année dernière avait été prolongée au 30 septembre et que le site Web du gouvernement français pour les candidatures resterait ouvert jusqu’à cette date.

On ne savait pas dans l’immédiat pourquoi la préfecture avait fait cette annonce, ce qui n’a été confirmé ni par le gouvernement français ni par le ministère britannique des Affaires étrangères (FCDO).

Cependant, des sources ont suggéré le retard, donc les militants appellent depuis longtemps, et ce qui suit propagation similaire des Pays-Bas le mois dernier, le ministère français de l’Intérieur était susceptible de l’annoncer officiellement prochainement.

Selon l’ambassade britannique, 135 000 Britanniques en France ont demandé la résidence post-Brexit sur une population estimée à 148 300, laissant au moins 13 300 personnes menacées de perdre l’accès aux soins de santé, aux retraites, à la location de biens, aux emplois et aux hypothèques.

Les fonctionnaires disent que parce que la France n’exige pas que les citoyens de l’UE s’enregistrent en tant que résidents, le nombre réel peut être beaucoup plus élevé. Ils sont également plus difficiles à contacter que dans des pays, comme les Pays-Bas, avec un enregistrement obligatoire de longue date.

READ  Covid-19: au bureau, est-ce qu'un mètre suffit?

La date limite du 30 juin reste en vigueur dans trois autres États de l’UE : la Lettonie, le Luxembourg et Malte. Selon la dernière Les figuresIls avaient demandé 8 300 Britanniques sur 13 600 à Malte, 3 600 sur 5 300 au Luxembourg et 420 sur 1 200 en Lettonie.

Aux termes de l’accord de retrait du Brexit, les citoyens britanniques qui résidaient légalement dans l’un des 27 États membres de l’UE le 31 décembre de l’année dernière sont éligibles à la résidence permanente, protégeant leurs droits fondamentaux.

Quatorze pays, dont l’Espagne, l’Allemagne, le Portugal et l’Italie, ont opté pour des systèmes qui confèrent automatiquement un nouveau statut de résidence post-Brexit aux Britanniques en séjour régulier, sans risque de perdre leurs droits en cas de dépassement d’un délai administratif.

Les 13 autres ont choisi un système constitutif selon lequel les Britanniques doivent formellement demander un nouveau statut de résident, dont cinq (France, Lettonie, Luxembourg, Malte et Pays-Bas) qui fixaient initialement une date limite au 30 juin.

Le FCDO et des militants représentant les résidents britanniques dans l’UE ont exhorté les gens à postuler et ont fait pression pour que les délais soient prolongés, avertissant que beaucoup risquent de tomber en ligne.

Le groupe de campagne britannique en L’Europe  Vous avez dit être préoccupé par diverses catégories de citoyens britanniques dans l’UE, y compris les personnes âgées qui vivent sur le continent depuis des décennies, peut-être mariées à des citoyens de l’UE, qui ne réalisent peut-être pas qu’elles doivent agir.

De même, certaines personnes plus jeunes qui sont nées et ont grandi dans un État membre de l’UE et ont maintenant des conjoints et des enfants dans l’UE sont si bien intégrées qu’elles « ne se considèrent tout simplement pas britanniques », dit le groupe.

READ  L'Irlande va euthanasier les visons d'élevage

D’autres personnes qui risquent de perdre leurs droits peuvent se trouver dans des résidences ; en direct « sous le radar » et hors ligne ; ou craignant d’échouer à un éventuel test de revenu minimum. Beaucoup de ceux qui ont des permis de séjour ne réalisent pas qu’ils doivent être remplacés par une version post-Brexit.