La police maritime française a saisi un navire dans le canal que les autorités soupçonnent d’appartenir à une société russe dans l’un des premiers signes visibles que l’Occident impose des sanctions à Moscou pour son invasion de l’Ukraine.

Le cargo transportant des voitures, qui se rendait à Saint-Pétersbourg, est « fortement suspecté d’être lié aux intérêts russes visés par les sanctions », a déclaré la capitaine Véronique Magnin de la préfecture maritime française.

Le navire a été dérouté vers le port de Boulogne-sur-Mer, dans le nord de la France, entre 3 heures et 4 heures du matin, heure locale, a indiqué Magnin, ajoutant que les douaniers effectuaient des contrôles et que l’équipage du navire « coopérait ».

Le département du Trésor américain a émis des sanctions de blocage contre le navire, affirmant qu’il appartenait à une filiale du prêteur russe Promsvyazbank, l’une des entités russes touchées par les sanctions américaines.

Le directeur général de la banque, Pyotr Fradkov, est le fils de Mikhail Fradkov, l’ancien chef du service de renseignement étranger russe, qui a également été Premier ministre sous Vladimir Poutine. Piotr Fradkov lui-même a été inclus dans la dernière série de sanctions américaines.

Promsvyazbank, dans un commentaire envoyé à Reuters, a déclaré que sa filiale ne possédait plus Baltic Leader et qu’elle avait été rachetée par une autre entité avant l’imposition des sanctions.

L’ambassade de Russie en France demande des explications aux autorités sur la saisie, a indiqué l’agence de presse russe RIA citant l’ambassade. L’ambassade a également déclaré que l’équipage du navire était autorisé à débarquer et à se déplacer librement dans le port.

Les États-Unis, l’Union européenne et d’autres États occidentaux ont imposé cette semaine de nouvelles sanctions financières et commerciales radicales à la Russie après l’envoi de forces militaires en Ukraine voisine.

Le Trésor américain a déclaré que la Promsvyazbank avait été sanctionnée « pour avoir opéré ou avoir opéré dans les secteurs de la défense et du matériel et des services financiers connexes de l’économie de la Fédération de Russie ». Il a également fait l’objet de sanctions européennes.

READ  La Suisse demande le rapatriement de deux filles du camp syrien: experts de l'ONU