Mises à jour géopolitiques

La France a appelé ses ambassadeurs de Washington et de Canberra à des consultations, dans une protestation diplomatique contre un nouveau pacte de sécurité en vertu duquel l’Australie achètera des sous-marins nucléaires aux États-Unis et annulera son contrat existant avec Paris.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, a publié une déclaration vendredi soir disant que le président Emmanuel Macron lui avait demandé de manifester.

L’accord dit d’Aukus entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis « constitue un comportement inacceptable entre alliés et partenaires, dont les conséquences touchent à la base même de ce que nous faisons avec nos alliances et nos associations et sur l’importance de la Indo-Pacifique pour l’Europe », a déclaré.

La France est particulièrement indignée d’avoir été exclue de l’accord car elle a eu une coopération militaire étroite avec chacun des trois pays impliqués dans le nouvel accord stratégique, y compris des opérations antiterroristes dans le Sahel africain et en Afghanistan.

Macron a également pris l’initiative de faire pression sur l’UE pour qu’elle fasse plus pour sa propre défense en promouvant « l’autonomie stratégique », et a travaillé pour montrer à l’Australie et aux États-Unis que la France est une puissance dans le Pacifique. Il y a des territoires insulaires, dont la Polynésie française, sur de vastes étendues de l’océan, ainsi que près de 2 millions de citoyens et 7 000 soldats.

« Nous avons été en contact étroit avec nos partenaires français au sujet de leur décision de destituer l’ambassadeur [Philippe] Étienne à Paris pour des consultations. Alors que nous regrettons qu’ils aient franchi cette étape, nous continuerons de nous engager dans les prochains jours pour résoudre nos différends, comme nous l’avons fait ailleurs au cours de notre longue alliance », a déclaré vendredi un responsable de la Maison Blanche.

READ  L'accusé a reçu 1 million de francs suisses après l'échec du test de la Coupe du monde - Guide pour les expatriés en Suisse

« La France est notre plus ancien allié et l’un de nos partenaires les plus solides, et nous partageons une longue histoire, des valeurs démocratiques et un engagement à travailler ensemble pour relever les défis mondiaux. »

Le retrait des ambassadeurs est une protestation très inhabituelle parmi les alliés et est généralement réservé aux États qui sont réputés avoir pris des mesures hostiles ou inacceptables qui affectent la nation protestataire.

« Cette décision exceptionnelle se justifie par la gravité exceptionnelle des annonces faites le 15 septembre par l’Australie et les Etats-Unis », a déclaré Le Drian.

L’accord d’Aukus, annoncé par le président américain Joe Biden, le Premier ministre britannique Boris Johnson et le Premier ministre australien Scott Morrison, vise à renforcer la coopération en matière de défense face à la montée en puissance de la Chine.

Les dirigeants américains et britanniques avaient tenté d’apaiser les Français sur l’impact de l’accord et de rassurer Paris sur son importance continue en tant qu’allié.

Jeudi, Antony Blinken, secrétaire d’État américain, a déclaré : « Nous coopérons incroyablement étroitement avec la France sur de nombreuses priorités communes dans l’Indo-Pacifique, mais aussi au-delà, dans le monde. Nous continuerons à le faire. Nous donnons une valeur fondamentale à cette relation, à cette association. »

Cependant, une plainte française concernait l’absence totale de consultation qui a précédé l’annonce surprise d’Aukus. Tout comme Biden n’a pas informé la France, le Royaume-Uni et d’autres alliés lorsque les États-Unis ont décidé de retirer toutes leurs forces d’Afghanistan, provoquant une évacuation initialement chaotique de l’aéroport de Kaboul, lui et Morrison ont gardé la France dans l’ignorance à propos d’Aukus. fauché. il a commencé à fuir le jour de l’annonce.

La Maison Blanche n’a averti la France qu’après avoir déjà informé les médias à Washington.

L’Australie a déclaré qu’elle comprenait la déception de la France mais continuerait à travailler en étroite collaboration avec le pays.

Informations supplémentaires de James Politi à Washington