Le colza est utilisé dans l’alimentation du bétail.


22 janvier 2023

icône de l'horloge
2 minutes de lecture

Les autorités françaises ont annoncé vendredi avoir demandé au transformateur d’oléagineux Saipol de durcir les procédures de traitement des importations après qu’il a été découvert l’année dernière que du colza génétiquement modifié (OGM), dont la culture est interdite dans l’Union européenne, poussait à l’état sauvage. Reuters a rapporté.

Les plantes ont été trouvées par l’association de cultures anti-OGM Inf’OGM poussant le long d’une route reliant un terminal portuaire à une installation de trituration exploitée par Saipol, une unité du groupe oléagineux Avril, à Rouen, dans le nord de la France, la santé et a déclaré l’agence de sécurité Anses dans un rapport.

Les pays de l’UE, dont la France, importent de grandes quantités de cultures GM, y compris des variétés de colza, de soja et de maïs, notamment pour nourrir le bétail.

Cependant, la culture de variétés OGM est rare en raison de l’opposition du public et la culture de colza OGM n’a pas été approuvée.

Les importations de graines de colza GM, qui sont également utilisées pour produire du biodiesel, proviennent principalement du Canada et de l’Australie pour compléter les approvisionnements non GM en provenance d’Europe.

L’Anses avait demandé à Saipol d’améliorer la prévention des déversements de céréales par les camions et d’accroître la surveillance des plantes sauvages dans une zone portuaire étendue, a indiqué l’agence, ajoutant qu’il y avait peu de risque de contamination des terres agricoles locales.

Saipol a déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique qu’il avait pris des mesures supplémentaires, notamment l’élimination plus fréquente des plantes sauvages.

READ  La plus petite Statue de la Liberté de France rejoindra sa sœur aînée pour le Jour de l'Indépendance des États-Unis.

« Ces actions semblent être efficaces et nous continuerons à suivre l’affaire avec les autorités et à renforcer les mesures si nécessaire », a-t-il déclaré.

Le ministère français de l’Agriculture, qui a demandé le rapport de l’Anses, a déclaré dans un communiqué séparé que les inspections d’autres usines en France transformant du colza GM importé avaient commencé l’année dernière.