PARIS – La France rendra le seul tableau de Gustav Klimt de sa collection nationale aux héritiers de Nora Stiasny, une femme juive qui l’a vendu sous la contrainte après l’annexion de l’Autriche par les nazis, a annoncé lundi le ministre français de la Culture.

La ministre Roselyne Bachelot a déclaré qu’il était difficile mais nécessaire pour la France de se séparer des «Rosiers sous les arbres» de Klimt, qu’elle qualifiait de «chef-d’œuvre».

“C’est l’aboutissement d’un acte de justice”, a déclaré Bachelot lors d’une conférence de presse à Paris, debout à côté du tableau du début du XXe siècle, une toile verte luxuriante parsemée de taches de couleurs florales.

“Rosiers sous les arbres”, désormais hébergé au musée d’Orsay de la ville, ne faisait pas partie de l’inventaire spécial des œuvres d’art pillées renvoyées d’Allemagne en France après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Contrairement à ces œuvres d’art, qui ne font pas entièrement partie des collections nationales de la France, la peinture de Klimt, achetée en 1980, est légalement considérée comme la propriété «inaliénable» du pays.

Cela signifie que le Parlement devra adopter un projet de loi autorisant la restitution, ce qui, selon Mme Bachelot, serait fait le plus tôt possible.

Alfred Noll, un avocat autrichien représentant les héritiers Stiasny, a déclaré lors de la conférence de presse que la famille était “très satisfaite et très reconnaissante”.

Stiasny est né en 1898 dans une famille juive de Vienne. Le tableau lui a été transmis par son oncle, Viktor Zuckerkandl, un riche magnat de l’acier et collectionneur d’art qui avait acheté “Rose Bush Under the Trees” en 1911.

READ  une "revanche" contre "Charlie Hebdo"

Mais après l’annexion de l’Autriche par les nazis, elle a été forcée de la vendre en 1938 “pour presque rien” pour survivre, a déclaré Bachelot. Stiasny a été déportée en Pologne en 1942 et est décédée cette année-là, tout comme son mari et son fils.

Ruth Pleyer, une experte en art autrichienne qui a recherché la provenance du tableau et conseillé les héritiers de Stiasny, a déclaré à la conférence de presse que pour la famille, la restitution était «l’équivalent d’un miracle».

Stiasny avait été expulsée de son domicile et la plupart de ses effets personnels avaient été jetés après son expulsion, a déclaré Pleyer, laissant peu de traces.

L’homme qui a acheté le tableau en 1938, un sympathisant nazi et un «ami supposé» qui a «incité» la vente, selon Bachelot, l’a gardé jusqu’à sa mort en 1960. L’État français l’a acheté à une galerie d’art en 1980 en tant que fonctionnaires. amassaient la collection d’art moderne du pays dans les années qui ont précédé l’ouverture du musée d’Orsay.

La France a posé des questions sur les origines du tableau à l’époque, mais n’a trouvé aucune preuve qu’il avait été vendu sous la contrainte, ont déclaré lundi les autorités.

“Toutes les vérifications nécessaires ont été effectuées”, a déclaré Bachelot, ajoutant que ce n’est que ces dernières années que les chercheurs et historiens français et autrichiens ont pu retracer tout le parcours du tableau, un processus qui était “particulièrement ardu en raison de la destruction”. . de la plupart des tests et de l’érosion des souvenirs de famille », a-t-il ajouté.

READ  Roger Lumbala: la France ouvre une enquête sur l'ancien chef de guerre

Laurence des Cars, directrice du musée d’Orsay, a déclaré lors de l’événement de lundi que l’ambassadeur d’Autriche en France avait informé pour la première fois les autorités françaises en juillet 2018 que le tableau avait été vendu sous la contrainte, selon des documents récemment découverts. Des Cars a déclaré que les autorités françaises avaient immédiatement commencé à enquêter sur l’affaire.

En 2019, un nouveau groupe de travail s’est vu confier un mandat plus large pour rechercher et restituer des œuvres d’art qui avaient été pillées ou vendues sous la contrainte pendant l’occupation nazie, après des années de critiques selon lesquelles les efforts français n’avaient pas été suffisamment proactifs. Bachelot note, par exemple, que le Louvre examine toutes les acquisitions qu’il a faites entre 1933 et 1945.