Les résultats de l’étude d’observation de cinq ans sur la division des voies de la France publiée début février 2021 ont été pour le moins décevants. Les cyclistes français étaient encore plus frustrés lorsque la nation a officiellement interdit la pratique à la suite de ces résultats. Les cyclistes sont descendus dans les rues par milliers le 20 février pour protester, et on ne savait pas ce qui allait se passer ensuite.

Cependant, le 25 février, la délégation française à la sécurité routière a annoncé les détails d’une nouvelle étude d’observation sur le partage des voies. Il devrait commencer en juin 2021 et les nouvelles conditions devraient résoudre certains des plus gros problèmes que nous avons rencontrés lors de notre examen du rapport de la première étude.

Pour commencer, les objectifs de la nouvelle étude sont de trouver les conditions nécessaires pour que le découpage des voies soit sûr, officiellement enseigné comme un comportement routier reconnu et codifié dans la loi royale. De plus, les chercheurs observeront et enregistreront les résultats sur une zone plus large, avec des départements couvrant l’Ile-de-France, le Rhône, les Bouches-du-Rhône, la Gironde et la Haute-Garonne. Dans l’étude précédente, la Haute-Garonne avait servi de témoin, tandis que les autres zones faisaient toutes partie de l’aire de répartition initiale étudiée.

Au cours de cette nouvelle étude, des panneaux de signalisation seront mis en évidence sur les autoroutes où le fractionnement de voie est autorisé pour la durée. C’est un changement majeur par rapport à l’étude précédente, où les passagers et les conducteurs n’étaient pas explicitement informés qu’un tel comportement était autorisé. De plus, les responsables de la sécurité routière prévoient de mieux communiquer et d’offrir une formation aux cyclistes et aux conducteurs sur la façon d’intégrer en toute sécurité le partage des voies dans les situations routières quotidiennes.

READ  Match: PSG / Atalanta (2-1), performances individuelles

La liste complète des modifications incluses dans cette nouvelle étude n’a pas encore été publiée, mais devrait être publiée début mars pour examen. La date exacte de début de l’étude n’est pas claire, mais on pense qu’elle se situe en juin, selon Moto Services. On ne sait pas non plus combien de temps durera cette étude, car la première a duré cinq ans avant que les résultats ne soient publiés dans un rapport officiel. S’agira-t-il d’une autre expérience de cinq ans ou le temps nécessaire à l’étude changera-t-il également? En tout cas, j’espère que c’est une bonne nouvelle pour les cyclistes français.