Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a appelé à un effort régional pour lutter contre les djihadistes au Sahel lors d’une visite de deux jours au Libéria.

« Nous voulons vous soutenir, vous et vos voisins, pour faire face aux très graves menaces posées par la progression des groupes terroristes du Sahel vers le golfe de Guinée », a déclaré vendredi Le Drian au président libérien George Weah.

« Face à ce fléau, une action régionale s’impose », a-t-il déclaré lors de l’ouverture d’une antenne de l’Alliance française dans la capitale.

La visite de Le Drian est le premier haut responsable du gouvernement français à se rendre au Libéria en 30 ans.

Ses commentaires interviennent juste un jour après que le président Emmanuel Macron a annoncé une révision des opérations militaires de la France au Sahel, appelant à une nouvelle force internationale dans la région.

Weah a indiqué que la France assiste la Police nationale libérienne sous forme d’équipement et de formation, et joue un rôle important dans la paix et la sécurité dans la sous-région, notamment dans la lutte contre l’augmentation de la piraterie dans le golfe de Guinée.

Cette décision a le potentiel de donner un énorme coup de pouce au secteur privé libérien dans ses efforts pour sécuriser le financement des institutions financières, selon Weah.

Auparavant, le ministre libérien des Affaires étrangères Dee-Maxwell Kemayah avait promis l’engagement du Libéria à travailler avec la France dans le monde pour continuer à promouvoir les valeurs fondamentales de la démocratie, des droits de l’homme et du changement climatique, entre autres.

READ  Anthony Davis donne son avis sur Harden / Irving / Durant Big 3

De l’argent pour le développement

Un accord de développement urbain de 8 millions d’euros a été signé entre le Libéria et la France lors de la visite du ministre des Affaires étrangères au profit des villes de Paynesville et Monrovia pour réhabiliter les infrastructures. L’argent devrait être traité par la Banque mondiale.

Par ailleurs, 10 millions de dollars (8,3 millions d’euros) ont été signés entre l’institution financière française de développement PROPARCO (Promotion et Participation pour la Coopération Économique) et Ecobank Liberia, la première garantie bancaire adossée par la France à une banque libérienne.

« Comme vous pouvez le constater, la France s’engage, par des actes de confiance et de solidarité, pour l’avenir et la stabilité du Libéria », a déclaré Le Drian. « C’est pourquoi nous voulons intensifier nos relations économiques. En fait, je viens d’en parler avec des investisseurs français pour qui le potentiel de ce pays est très clair », a-t-il ajouté.

Il a noté que depuis que le Libéria a rejoint la liste des pays prioritaires de la France en 2018, la France a fourni 23 millions d’euros pour soutenir trois projets visant à stimuler l’emploi des jeunes et ajoutera la formation professionnelle d’ici la fin de 2022.

Pour sa part, le président George Weah a déclaré qu’en 2012, sous les auspices du Club de Paris, la France a signé un accord d’allégement de la dette en faveur du Libéria et que la France était co-parrain de la résolution de l’ONU qui a établi la mission de réponse de l’ONU à Ebola.