PARIS – Les procureurs français ont ouvert une enquête sur le milliardaire tchèque et ancien Premier ministre Andrej Babiš, soupçonné de blanchiment d’argent lié à l’achat de villas dans le sud de la France.

Le Parquet national financier (PNF), chargé d’enquêter sur les délits graves économiques et financiers, a ouvert ses poursuites en février 2022, selon Le Mondeaprès que l’homme d’affaires a été mentionné dans les Pandora Papers, une fuite massive de documents révélant comment les riches et les puissants utilisent les sociétés offshore pour cacher leur richesse.

Selon les documents, l’ancien dirigeant tchèque n’a pas divulgué une série de sociétés écrans utilisées pour acheter un domaine français de plusieurs millions de dollars.

Babiš a nié avoir fait quoi que ce soit de mal ou d’illégal et a déclaré que les révélations visaient sa campagne de réélection, qui a ensuite échoué.

Les enquêteurs français se concentrent maintenant sur la façon dont Babiš a acquis sa propriété de 14 millions d’euros dans le paradis de plusieurs millions de dollars de Mougins, qui a été achetée par l’intermédiaire d’une société basée à Monaco appartenant à une entité offshore aux États-Unis.

Apparemment, l’ensemble de la configuration a été dissimulé aux autorités françaises et pourrait constituer un blanchiment d’argent et un stratagème d’évasion fiscale, a rapporté Le Monde.

Karel Hanzelka, porte-parole du groupe Agrofert de Babiš, a déclaré que « toutes nos transactions ont été effectuées en toute légalité et nous avons payé toutes les taxes requises ».

Babiš, cinquième homme le plus riche de République tchèque, est également accusé d’avoir bénéficié de 2 millions d’euros de fonds européens destinés aux petites et moyennes entreprises du pays. Le milliardaire doit comparaître devant le tribunal le 12 septembre dans cette affaire.

READ  Le nouvel accord de Nick Haining est une grosse affaire pour Édimbourg, déclare Steve Lawrie