Publié le:

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré qu’il ne pouvait exclure l’intervention de l’armée pour assurer la sécurité des Jeux olympiques de Paris en 2024.

Interrogé au Sénat mardi soir, Darmanin, qui est le préfet de police, a évoqué les difficultés rencontrées par les organisateurs pour recruter les 22 000 agents privés nécessaires à la sécurisation des Jeux.

Il a également déclaré qu’il y avait des problèmes pour trouver un logement pour les forces de sécurité publiques et privées, ajoutant que la situation serait clarifiée dans les mois à venir.

« Si, à la fin de la journée, il y a plusieurs personnes portées disparues, nous verrons ce que nous pouvons faire, mais nous pensons qu’un grand pays comme la France est capable de répondre à ce problème de sécurité privée », a déclaré Darmanin.

Le casse-tête du recrutement

Le gouvernement en saura plus le mois prochain au plus tôt, a-t-il dit, lorsque le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 (ICOP 2024) a décidé quels candidats aux valeurs mobilières satisfaisaient aux critères d’embauche.

Jusqu’à présent, entre 11 000 et 12 000 agents étaient éligibles.

Beaucoup dépendra des dispositions technologiques, telles que la possibilité d’utiliser des scanners corporels, a déclaré Darmanin.

« Nous devrons également accueillir 35 000 à 40 000 policiers et gendarmes à Paris. »

protocole de sécurité

Le principal organe d’audit français, la Cour des comptes, a récemment déclaré que le COJOP2024 devrait payer l’État français si l’armée devait être mobilisée.

La répartition des forces de police de sécurité publique et privée a fait l’objet d’un protocole de sécurité signé entre l’État français et le COJOP2024, document en cours de mise à jour.

READ  Happy Andy Farrell a l'Angleterre et la France dans sa mire

Une annexe est prévue pour la question spécifique de la cérémonie d’inauguration sur la Seine.

Ajoutant à la crise de Covid et aux mauvaises conditions de travail et salaires, une exigence de résidence de cinq ans imposée aux agents de sécurité a encore réduit le bassin de candidats.