La France s’est préparée vendredi à simuler une attaque d’une puissance hostile sur l’un de ses satellites dans un scénario de jeu de guerre qui, selon le gouvernement, est moins futuriste extravagant qu’il n’y paraît.

Le président Emmanuel Macron devait regarder sur les lieux alors que ses chefs militaires ont commencé à développer une séquence de quatre jours dans laquelle une puissance spatiale sans nom attaque une nation alliée à la France et tente de détruire un satellite de communication français.

L’Allemagne, l’Italie et les États-Unis participent au jeu de guerre spatiale AsterX à l’agence spatiale nationale française CNES à Toulouse, le premier exercice du genre en France ou en Europe.

C’est l’occasion de simuler la modification de la trajectoire de vol des satellites, l’envoi de satellites de secours pour réparer un défaut, le suivi de la transmission de données confidentielles et le codage des émissions de satellites hostiles temporairement ou même de les arrêter complètement.

Le scénario de l’exercice est peut-être fictif, a déclaré le bureau de Macron, mais il est loin d’être invraisemblable.

Le gouvernement français accuse la Russie d’avoir rapproché son satellite Olymp-K de collecte de renseignements, également connu sous le nom de Louch, du satellite militaire franco-italien Athena-Fidus en 2017 dans ce que la ministre de la Défense Florence Parly a qualifié d ‘«acte d’espionnage». .

L’année dernière, les États-Unis ont affirmé que la Russie avait effectué un essai d’armes antisatellites non destructif depuis l’espace.

Le bureau de Macron a déclaré qu’il y avait eu d’autres incidents similaires depuis lors, mais n’a pas donné de détails.

READ  Covid-19: qui est la coquine Mauricette, 78 ans, la première vaccinée en France?

Avant le début de l’exercice, Macron a dirigé une réunion du commandement spatial, un organisme créé en 2017 pour exécuter la stratégie militaire de la France dans l’espace.

“Nous devons avoir les moyens d’agir si nous détectons des dangers pesant sur nos capacités ou celles de nos alliés”, a déclaré le bureau de Macron, ajoutant qu’une attaque contre un satellite pourrait, par exemple, perturber le réseau de communication de l’armée.