La semaine dernière, des bateaux de pêche français ont bloqué le port de Saint-Hélier à Jersey au-dessus de la rangée de permis de pêche – Gary Grimshaw / Balliwick Express

La France a levé l’interdiction des pêcheurs de Jersey de débarquer leurs prises après que Channel Island ait accordé un délai de deux mois aux licences de pêche controversées post-Brexit.

La semaine dernière, la ville de La Manche, en Normandie, a empêché les navires Jersey de débarquer leurs prises à Granville, Barneville-Carteret et Dielette.

La flotte a été empêchée de débarquer pendant environ cinq jours, ont déclaré les pêcheurs au Telegraph, et l’un d’entre eux a été activement empêché de débarquer à Carteret jeudi.

Se félicitant de la nouvelle, le gouvernement de Jersey a déclaré que l’action « ne respectait pas » les termes de l’accord commercial sur le Brexit, l’accord de commerce et de coopération (TCA).

Mais mardi soir, le comité des pêches de Normandie a menacé d’empêcher un cargo de Jersey, le Normandy Trader, de quitter le port de Granville mercredi s’il tentait de débarquer.

Didier Leguelinel du comité a déclaré au Telegraph qu’il « ne sera pas autorisé à partir », suggérant que les pêcheurs avaient l’intention de se faire justice avec ou sans interdiction.

Chris Le Masurier, skipper du Normandy Trader, a déclaré qu’il avait décidé de ne pas atterrir à Granville mardi, mais qu’il s’était plutôt rendu à Saint-Malo, en Bretagne.

Il a dit au Telegraph que le capitaine du port de Granville avait dit qu’il ne serait pas autorisé à entrer. «Je veux juste aller de l’avant et travailler. Je suis fatigué de tout ce balancement, cela me rend complètement fou », a-t-il déclaré.

READ  Alex Eala prend sa retraite du W15 Antalya - The Manila Times

Le gouvernement de Jersey a défendu sa décision d’émettre de nouvelles restrictions sur les licences de pêche pour les bateaux français, provoquant des manifestations à Paris et à Bruxelles la semaine dernière.

Une flottille de 60 bateaux de pêche français a bloqué jeudi le principal port de Jersey, St Helier, en signe de protestation.

Le gouvernement de Channel Island a offert une prolongation de deux mois à ces navires pour fournir une preuve supplémentaire qu’ils ont des antécédents de pêche dans les eaux de Jersey.

«En guise de preuve de bonne foi, Jersey a offert de donner aux navires français récemment licenciés jusqu’au 1er juillet 2021 pour fournir des preuves supplémentaires de leurs antécédents. Il a été précisé que toute preuve en suspens doit être fournie pendant cette période », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Du personnel gouvernemental francophone a également été réaffecté au Département des pêches pour «faciliter la communication».

De nouvelles conditions pour les licences françaises, y compris des limites de jours en mer et le type d’engin que les petits bateaux peuvent utiliser, ne seront imposées que le 1er juillet, a annoncé le ministre de l’Environnement de Jersey.

Il est entendu que d’autres conditions resteront en place.

L’offre de report, faite par la Grande-Bretagne au nom de Jersey, a été émise samedi et est actuellement examinée par Bruxelles.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré que la « réponse détaillée » du Royaume-Uni concerne des mesures qui étaient prétendument présentes dans l’Accord de Granville Bay qui a été remplacé par le TCA. Nous menons cette analyse avec l’administration française « .

READ  Le stade Sultan Ibrahim bat 19 autres sites pour être élu «Stade de l'année 2020» | des sports

M. Leguelinel a déclaré que « l’interdiction peut être rétablie » en fonction des négociations entre Annick Girardin, la ministre française de la mer, et ses homologues du Royaume-Uni et de Jersey.