Le ministre français de la Transition écologique a nommé et fait honte à plus d’une douzaine de géants de la restauration rapide qui n’ont pas respecté leurs engagements de trier et de recycler leurs énormes déchets.

La liste des entreprises bien connues, dont beaucoup dépensent des millions en relations publiques chaque année. a été publié sur le site du ministère de la Transition écologique jeudi.

La ministre Barbara Pompili a mis en garde contre des sanctions et même des fermetures de restaurants si les marques incriminées, dont McDonald’s, KFC, La Croissanterie et Paul, ne clarifiaient pas leurs actions.

En 2019, 16 chaînes de restauration rapide ont signé une lettre d’engagement représentant 30 000 établissements servant près de 6 milliards de repas chaque année.

Les entreprises ont promis d’adhérer à un système de tri à cinq flux qui proposait des bacs dédiés pour les déchets de papier/carton, de métal, de plastique, de verre et de bois, ainsi qu’un bac séparé pour les biodéchets.

Des entreprises « à la limite »

En vertu des règles, 90 % des points de vente d’une entreprise devaient mettre en place le système de tri et de recyclage d’ici le 1er janvier, ce qui passera à 100 % d’ici la fin de cette année. Les entreprises étaient également tenues de publier des rapports de situation tous les six mois.

Cependant, Pompili a déclaré France Inter Jeudi, seules trois marques – Limp, Burger King et Subway – suivaient les règles.

« La plupart des entreprises ne les respectent pas et sont à la limite », a-t-il ajouté.

READ  OM: avant le départ des Champions, Villas-Boas annonce la couleur - Football

Alors que des marques comme Class’Croute, Brioche Dorée et Exki livraient entre 84 et 88 %, les chaînes de pizza Domino’s et Five Guys figuraient en bas de la liste ; ce dernier n’a atteint que 16 pour cent.

D’autres grands noms qui n’ont pas fait la coupe étaient Starbucks, Pomme de Pain, La Mie Câline et Jour Healthy Groupe.

Interdiction du polystyrène

La dénonciation et la honte des contrevenants en matière de déchets surviennent alors que l’interdiction définitive des emballages en polystyrène est entrée en vigueur le 1er juillet.

Utilisés principalement pour les brochettes à emporter, les emballages en polystyrène ont été interdits en janvier en vertu d’une loi visant à éliminer progressivement les plastiques à usage unique, et les détaillants ont bénéficié d’un délai de grâce de six mois pour épuiser les stocks existants.

Lors d’une visite dans un kebab de la banlieue parisienne de Nanterre, Pompili a expliqué que le polystyrène a mis des millénaires à se biodégrader complètement dans la nature, contre 450 ans pour un sac plastique.

Les fournisseurs doivent désormais se tourner vers des alternatives recyclables comme le carton, la pâte ou les boîtes en polypropylène expansé.

« Les boîtes de kebab sont quelque peu emblématiques car 350 millions de kebabs sont consommés chaque année ; c’est 11 d’entre eux par seconde », a déclaré Pompili.

« Nous ne trouverons pas de solution de contournement parfaite tout de suite, mais nous avons fait un pas en avant. »