Les gens font la queue pour acheter des billets alors que l’emblématique Tour Eiffel de Paris rouvre ses portes aux touristes à partir de fin octobre 2020, après la deuxième fermeture nationale du COVID-19 à Paris, en France, le 16 juillet 2021. REUTERS / Pascal Rossignol / File Photo

PARIS, 19 juillet (Reuters) – Le gouvernement français a ajusté lundi son nouveau plan de lutte contre le COVID-19, réduisant les amendes prévues et les reportant à une date non précisée, a déclaré le porte-parole Gabriel Attal.

Les mesures, qui consistent notamment à exiger un laissez-passer sanitaire dans un large éventail d’endroits à partir de début août et à rendre la vaccination obligatoire pour les agents de santé, resteront parmi les plus strictes d’Europe.

Le laissez-passer sanitaire fournit la preuve qu’une personne a été vaccinée contre le COVID-19, a récemment eu un test de coronavirus négatif ou a récemment récupéré du virus.

Ce qui change, c’est qu’une amende prévue de 45 000 euros pour les entreprises qui ne vérifient pas que les clients ont un abonnement santé sera beaucoup plus faible, commençant à 1 500 euros et augmentant progressivement pour les récidivistes.

De plus, les contrôles seront dans un premier temps destinés à aider les personnes à appliquer les mesures, mais les amendes ne seront pas infligées immédiatement. Le porte-parole du gouvernement Attal a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il ne pouvait pas dire exactement quand la “période de rodage” prendrait fin et quand des amendes seraient imposées.

Il a dit que cela pourrait prendre plus d’une semaine mais moins d’un mois, afin que tout le monde ait le temps de s’adapter aux nouvelles règles.

READ  En images: les douze derniers matches de rugby de l'Écosse contre la France

“Nous sommes entrés dans la quatrième vague de l’épidémie”, a déclaré Attal à l’issue d’un conseil des ministres français.

Un laissez-passer sanitaire sera requis dans des endroits comme les cinémas, les bars, les restaurants, les hôpitaux et les trains et avions long-courriers, une décision qui a déclenché des manifestations ce week-end.

Le plan, qui sera voté par le Parlement, a été annoncé il y a une semaine par le président Emmanuel Macron alors que les infections augmentaient et que les taux de vaccination diminuaient. lire la suite Le plan prévoit également que les personnes testées positives pour le coronavirus doivent s’auto-isoler pendant 10 jours.

Reportage de Dominique Vidalon et Ingrid Melander ; édité par Grant McCool

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.