France et Maroc Ils ont annoncé qu’ils arrangeaient les choses après des mois de tensions sur les visas, affirmant que le président français Emmanuel Macron se rendrait dans le royaume d’Afrique du Nord au début de 2023.

S’exprimant à Rabat aux côtés de son homologue marocain Nasser Bourita, la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a déclaré qu’il était temps « d’écrire ensemble une nouvelle page ».

Les deux pays sont en désaccord depuis septembre 2021, date à laquelle Paris divise par deux son quota de visas pour les Marocains en représailles au prétendu refus du royaume de rapatrier les citoyens vivant en situation irrégulière en France.

Cette décision a suscité une colère publique généralisée au Maroc, Rabat la qualifiant d' »injustifiée ».

Mais Colonna a déclaré que les pays étaient revenus à une « pleine coopération consulaire » depuis lundi.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, devait arriver dans le pays voisin et grand rival du Maroc. Algérie vendredi pour discuter de problèmes de visa similaires.

Macron et le roi Mohammed VI du Maroc se sont entretenus par téléphone mercredi soir après La demi-finale dramatique de la Coupe du monde de leurs pays au Qatar que la France a gagné 2-0.

Interrogé sur l’épineuse question de la Sahara occidentalles deux ministres ont minimisé les tensions.

Le Maroc considère la région désertique comme faisant partie de son territoire, mais le mouvement Polisario soutenu par l’Algérie cherche un État indépendant.

Le roi Mohammed a réitéré en août que « la question du Sahara est le prisme à travers lequel le Maroc voit son environnement international », exigeant que les gouvernements « clarifient » leur position sur la question.

Mais Colonna a déclaré vendredi que le royaume pouvait « compter sur le soutien de la France ».

Bourita a ajouté que le Maroc « n’avait jamais vu la position de la France [on the Western Sahara] comme négatif. »

READ  Pas de sommeil en Suisse: la chambre d'un «hôtel zéro étoile» est une vraie déception