« Nous avons toujours besoin de gaz russe et nous avons probablement besoin de plus que celui sous contrat. C’est pourquoi l’Espagne propose à juste titre que la négociation ne se fasse pas pays par pays, mais dans son ensemble, comme cela a été fait avec les vaccins », a-t-il déclaré au journal El País.

« Nous sommes confrontés à une situation d’urgence. Et le problème de l’approvisionnement en gaz a une dimension géopolitique », a-t-il ajouté, dans une soirée faisant référence aux relations tendues avec la Russie.

L’Europe est fortement dépendante des approvisionnements russes, et la société d’État Gazprom fournit au bloc 35% de son gaz. Malgré cela, les plans communs d’achat d’électricité sont susceptibles de se heurter à l’opposition de certains pays membres.

Vladimir Chizhov, l’ambassadeur du Kremlin auprès de l’UE, a déclaré au Financial Times que les approvisionnements en gaz pourraient augmenter si Bruxelles cessait de traiter la Russie comme « un adversaire ».

Les prix records du gaz ont chuté la semaine dernière après que Vladimir Poutine a suggéré la semaine dernière que Gazprom pourrait augmenter ses approvisionnements et que son vice-Premier ministre a déclaré que le nettoyage du gazoduc controversé North Stream 2 aiderait à atténuer la crise.

Mercredi, la commission publiera une « boîte à outils » pour les gouvernements nationaux afin de freiner l’impact de la hausse des prix.

Les mesures devraient inclure une réduction de la TVA sur les factures d’électricité, des subventions pour les ménages les plus pauvres et des réglementations tarifaires à long terme pour les plus vulnérables.

READ  Le système de récupération gagne du terrain en Suisse

Séparément, la France, la Finlande, la République tchèque et d’autres pays d’Europe centrale et orientale ont fait pression pour que l’énergie nucléaire soit traitée comme un investissement vert en vertu des nouvelles règles de l’UE.

Ils souhaitent depuis longtemps le traitement spécial du nucléaire pour aider à atteindre les objectifs climatiques de l’UE, mais la hausse des coûts de l’énergie a donné un nouvel élan au débat dans une région fortement tributaire des importations russes.