LONDRES, Royaume-Uni, 3 févrierLa France est peut-être un « grand favori » pour remporter les Six Nations selon le manager anglais Eddie Jones, mais plusieurs équipes profiteront de leurs chances de titre lorsque les spectateurs reviendront pour une édition 2022 qui débutera ce week-end.

Plusieurs équipes européennes ont connu une campagne de novembre réussie, notamment la France qui a battu la Nouvelle-Zélande 40-25 pour clôturer un mois sans défaite.

Les Bleus ont combiné les vertus traditionnelles de la force avant et du jeu arrière ingénieux avec une défense renforcée par la formation de l’ancien gourou gallois Shaun Edwards.

La France a remporté les Six Nations pour la dernière fois en 2010, mais les hôtes de la Coupe du monde de l’année prochaine ont remporté deux deuxièmes places dans les Six Nations depuis que l’ancien demi de mêlée Fabien Galthie a pris la relève en tant qu’entraîneur.

Une première victoire contre les All Blacks en 15 tentatives en novembre était prévue par le duo hors concours du milieu de terrain du joueur mondial de l’année Antoine Dupont, en forme après des problèmes de genou et de Covid-19, et Romain Ntamack.

Le directeur général de la France, Raphael Ibáñez, se moque d’un « autre coup d’État des Britanniques » et rejette l’idée que les Bleus soient les favoris pour les Six Nations 2022 © AFP / Archives / Anne-Christine POUJOULAT

« Certains veulent nous mettre cette étiquette (de favoris) », a déclaré à l’AFP le directeur de l’équipe de France, Raphaël Ibáñez. « Quand j’ai vu ça, j’ai pensé : ‘Encore un coup des Britanniques !’

READ  Six équipes irlandaises mènent des perspectives de médailles en finale

– ‘Hémisphère Nord en pleine forme’ –

Mais alors que l’Angleterre et l’Irlande ont également remporté des victoires en novembre contre les All Blacks, qui étaient en grande partie dues à des passes astucieuses, Ibanez a ajouté: «Les internationaux de novembre ont révélé que les équipes de l’hémisphère nord sont en grande forme.

« L’Ecosse a marqué 30 points sur l’Australie, l’Angleterre a battu les champions du monde (l’Afrique du Sud), l’Irlande a battu la Nouvelle-Zélande une semaine avant nous… Toutes ces équipes sont alignées et en position de gagner. »

Annonce publicitaire. Faites défiler pour continuer la lecture.

L’Angleterre, qui a terminé cinquième des Six Nations la saison dernière, est prête à tester la profondeur de son équipe après avoir subi une série de blessures.

Le capitaine Owen Farrell a été exclu de tout le tournoi, les flankers Jonny May et Anthony Watson étant également écartés.

Pendant ce temps, Courtney Lawes, largement proposée pour remplacer Farrell en tant que capitaine, est l’un des nombreux membres du peloton qui manquera le match d’ouverture de samedi en Écosse alors qu’il se remettait d’une commotion cérébrale.

L’absence de Farrell intensifiera les projecteurs sur l’ouvreur Marcus Smith, l’une des étoiles montantes de l’Angleterre.

Jones essayait généralement de détourner la pression en disant : « Comme vous le savez, la France est un grand favori. On s’attend à ce qu’ils gagnent. »

L’Irlande, avec le demi d’ouverture vétéran Jonathan Sexton toujours à la barre, a également des raisons d’être optimiste.

« Nous voulons remettre un trophée à chaque fois que nous entrons en compétition et cette année ne sera certainement pas différente », a déclaré le sélectionneur irlandais Andy Farrell.

READ  Les blancs reviennent en halfpipe pour un contest en Suisse | des sports

Nouveau capitaine : l’ouvreur gallois Dan Biggar © AFP/Files/Geoff Caddick

Au milieu de toutes les spéculations, il est facile d’oublier que le Pays de Galles, qui visite l’Irlande ce week-end, est le champion en titre.

Mais ils ont été durement touchés par les blessures, le capitaine Alun Wyn Jones étant l’un des nombreux absents de haut niveau, ainsi que les joueurs des Lions britanniques et irlandais George North, Leigh Halfpenny, Taulupe Faletau, Justin Tipuric, Josh Navidi et Ken Owens, tous hors de le jeu.

Le demi d’ouverture Dan Biggar a repris le poste de capitaine, tandis que l’entraîneur du Pays de Galles Wayne Pivac a déclaré : « Nous avons perdu 680 matchs (à cause de blessures) et c’est beaucoup d’expérience perdue. Dan apporte une riche expérience.

Annonce publicitaire. Faites défiler pour continuer la lecture.

Facteur Murrayfield – entraîneur écossais Gregor Townsend © POOL/AFP/File/Geoff Caddick

L’Écosse a remporté des victoires à huis clos contre l’Angleterre et la France lors des Six Nations 2021, mais n’a toujours terminé que quatrième.

Mais le manager Gregor Townsend ne doute pas que jouer devant une foule de 67 000 personnes à Murrayfield contre l’Angleterre ce week-end profitera à son équipe.

« La logique dirait que cela nous a aidés (jouer sans public) parce que nous avons gagné à Londres et à Paris mais avons perdu deux matchs à domicile l’année dernière », a déclaré Townsend.

« Mais Murrayfield nous aide… l’accueil que les joueurs reçoivent lorsqu’ils courent sur le terrain, les hymnes, le bruit quand ils jouent bien, vous n’obtenez nulle part ailleurs dans la vie. »

READ  Les musées suisses peuvent rouvrir à partir du 1er mars, car le pays assouplit les restrictions de fermeture.

Au milieu de l’ambiance généralement optimiste, des inquiétudes subsistent quant au bilan lamentable de l’Italie.

Les Azzurri n’ont plus gagné de match des Six Nations depuis 2015 et une jeune équipe fait face à un début de saison difficile loin de la France.

L’entraîneur de l’Italie, Kieran Crowley, s’est montré provocateur lorsqu’on l’a interrogé sur la place de l’équipe dans le tournoi.

« Je voudrais un système de promotion et de relégation », a-t-il déclaré. « Qui peut dire que quelqu’un d’autre serait meilleur que l’Italie dans les Six Nations? »

Annonce publicitaire. Faites défiler pour continuer la lecture.