Le gouvernement français a finalisé son projet de loi pour étendre l’utilisation des cartes de santé et encourager la vaccination contre le Covid-19 alors que le pays entre dans une “quatrième vague” de la pandémie.

“Nous sommes entrés dans la quatrième vague de l’épidémie”, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue d’un conseil des ministres français pour adopter un projet de loi qui élargirait l’utilisation des cartes de santé pour encourager les gens à se faire vacciner contre le Covid.

La France est confrontée à une augmentation des cas liés à la variante Delta, plus contagieuse.

« Nous assistons à une vague plus rapide avec une courbe plus raide qu’auparavant. Cela peut monter très vite et très haut, a déclaré Attal.

Le ministre de la Santé Olivier Veran a déclaré que neuf personnes nouvellement infectées sur 10 ne sont pas vaccinées.

Pass santé et isolement

La législation, qui sera débattue par le Parlement mardi, étendrait l’utilisation d’un laissez-passer sanitaire pour entrer dans de nombreux endroits, y compris les cafés et les restaurants, et obligerait les personnes testées positives à s’isoler pendant dix jours.

Après examen par le Conseil d’État, la plus haute juridiction du pays, le projet de loi a été édulcoré. propositions annoncées par le président Emmanuel Macron la semaine dernière, mais les mesures sont toujours parmi les plus sévères d’Europe.

Le conseil municipal a réduit les amendes pour les locaux qui ne contrôlent pas les laissez-passer, de 9 000 euros à 1 500 euros pour une première infraction.

Il s’est également dit préoccupé par l’application du pass sanitaire pour l’accès aux centres commerciaux, car il pourrait limiter l’accès aux produits essentiels, notamment alimentaires.

READ  Programme TV complet et diffusion en direct de l'Euro 2020, avec tous les matchs sur ITV ou BBC

El proyecto de ley incluye un período de aislamiento de diez días para cualquier persona que dé positivo en Covid, con controles policiales para verificar el cumplimiento, pero no de 11 pm a 8 am, después de que el Consejo recomendó que no se llevaran a cabo pendant la nuit.

Des effets déjà ressentis

L’annonce des mesures, qui prendraient effet début août, a déjà eu l’effet attendu de pousser plus de trois millions de personnes à prendre rendez-vous pour les vaccins.

Bien que les propositions aient également conduit à des protestations et à des accusations selon lesquelles Macron et le gouvernement abusent de leurs pouvoirs.

(avec des fils)