PARIS (Reuters) – Le ministère français des Affaires étrangères a déclaré lundi six agents russes se faisant passer pour des diplomates « persona non grata » après qu’une enquête des services de renseignement nationaux a conclu qu’ils travaillaient contre les intérêts nationaux français.

« Après une très longue enquête, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a révélé dimanche 10 avril une opération clandestine menée par les services de renseignement russes sur notre territoire », a indiqué le ministère dans un communiqué, sans donner plus de détails. .

« Six agents russes opérant sous couverture diplomatique et dont les activités se sont révélées contraires à nos intérêts nationaux ont été déclarés persona non grata », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a félicité sur Twitter le personnel de la DGSI pour avoir entravé l’opération. Il n’a pas précisé la nature de la mission. Le ministère des Affaires étrangères a également refusé de donner des détails.

En l’absence de l’ambassadeur de Russie à Paris, son numéro deux avait été convoqué pour lui faire part des motifs de l’expulsion, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

« La Russie réagira en conséquence », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, citée par l’agence de presse TASS.

Plus tôt ce mois-ci, la France a expulsé 35 Russes ayant un statut diplomatique dans le cadre d’un mouvement européen plus large et a déclaré que les agents travaillaient contre les intérêts de la France.

Malgré quelques critiques, le président Emmanuel Macron a tenté de dialoguer avec le président russe Vladimir Poutine. Il s’entretient régulièrement avec Poutine dans le cadre des efforts visant à obtenir un cessez-le-feu en Ukraine et à entamer une négociation crédible entre Kiev et Moscou.

READ  Les accusations de la presse catalane sur l'arbitre du Classique, chef-d'œuvre de Zinedine Zidane

Cependant, les tensions sont montées ces dernières semaines avec l’ambassadeur de Russie convoqué à trois reprises, dont deux tweets de son ambassade que la France a qualifiés d’inacceptables.

(Reportage par John Irish; Montage par Leslie Adler)