Le gouvernement français tente d’imposer une quarantaine de 10 jours à ceux qui sont testés positifs pour le coronavirus pour lutter contre une vague de cas de la variante Delta, selon un projet de loi vu par Playbook de POLITICO Paris.

Le président français Emmanuel Macron n’a pas évoqué la disposition dans son discours de lundi, au cours duquel il a dévoilé un arsenal d’autres mesures du même projet de loi, comme les grèves obligatoires pour les personnels de santé et la prolongation du pass vert COVID pour les événements dépassant 50 personnes. . ainsi que pour les bars, restaurants, hôpitaux, trains, avions et autocars. Mardi matin, le ministre de la Santé, Olivier Véran dit seul que la quarantaine obligatoire faisait partie des « orientations possibles » du gouvernement.

Selon le projet de loi, les personnes testées positives au coronavirus (ou leurs parents, s’ils sont mineurs) seront notifiées de leur obligation de rester chez elles, avec un départ quotidien autorisé de 10h à midi. La sanction pour violation de la règle de quarantaine n’est pas précisée dans le projet de loi. Cependant, l’isolement obligatoire est déjà imposé aux voyageurs non vaccinés en provenance de pays de la « liste rouge » comme le Brésil, l’Inde ou la Russie, et les contrevenants encourent une amende de 1 500 euros.

Le projet de loi pourrait encore changer avant d’aller au parlement. Des représentants du gouvernement ont déclaré à Playbook Paris que la Cour administrative suprême de France, la Conseil d’Etat, pourrait toujours émettre une réprimande pour la disposition sur la quarantaine obligatoire. Le tribunal émet des avis non contraignants mais convaincants sur les projets de loi. La mesure pourrait également être un agneau sacrificiel, envoyé à l’abattoir à la Conseil d’Etat. Cela pourrait réduire le risque que le reste du projet de loi « soit affecté », a suggéré un conseiller du gouvernement.

READ  Pékin Express: accident mortel sur le plateau de la prochaine saison de l'émission phare M6

Le Parlement devrait commencer à discuter du projet de loi le 21 juillet.