La consommation de vin rouge en France a diminué d’un tiers au cours des 10 dernières années, selon un nouveau rapport inquiétant.

Une enquête menée par la publication française RTL révèle que « jamais si peu de vin n’a été bu en France ».

Le rapport bomba a révélé que la consommation de vin a considérablement diminué dans le pays, le vin rouge étant le plus touché. Les consommateurs de vin rouge ont chuté de 32 % par rapport à il y a un peu plus de dix ans, en 2011.

En particulier, le segment des 19-35 ans a tourné le dos aux vins rouges, avec une baisse de 7 % du nombre de consommateurs de vins rouges sur cette période.

La nouvelle fait suite à une initiative gouvernementale, lancée en 2019, qui exhortait les résidents français à réduire leur consommation d’alcool et à limiter leur consommation d’alcool à deux verres par jour.

« Pour votre santé, l’alcool doit être limité à un maximum de deux verres par jour, et pas tous les jours non plus », indiquait alors la campagne de l’agence de santé publique.

Réprimant les accusations de consommation excessive d’alcool, le ministre français de l’Agriculture Didier Guillaume a été critiqué plus tôt cette année lorsqu’il a suggéré que le vin n’est « pas comme les autres alcools » et est rarement la cause de la consommation excessive d’alcool chez les jeunes Français.

« Je n’ai jamais vu, à ma connaissance, malheureusement peut-être, un jeune homme sortir ivre d’une boîte de nuit parce qu’il a bu du Côtes-du-Rhône, du Crozes-Hermitage ou des Costières-de-Nîmes », a-t-il déclaré.

READ  La France inflige une amende de 425 millions de livres sterling à Google pour ne pas avoir négocié «de bonne foi» avec les sociétés de médias

La nouvelle de la chute de la consommation de vin rouge portera un coup supplémentaire au commerce du vin du pays, après qu’un rapport publié par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) au début du mois a déclaré que La France a subi les pertes économiques les plus importantes causées par le changement climatique de n’importe quel pays du monde.

La France a subi un coup dur de 4,2 milliards d’euros en 2o20 en raison d’activités météorologiques telles que les tempêtes, les incendies de forêt et le gel, comme en témoignent les nombreuses photographies poignantes de vignobles couverts de glaçons et des vignerons allumant des tapis de bougies pour réchauffer les vignes.