PARIS

La France accueillera jeudi une réunion conjointe des hauts responsables européens et américains pour discuter de l’accord nucléaire avec l’Iran.

Heiko Maas et Dominic Raab, ministres des Affaires étrangères allemand et britannique, se joindront à Jean-Yves Le Drian, ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, à Paris pour la réunion, selon un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken participera par liaison vidéo.

“La réunion sera consacrée principalement à l’Iran et à la sécurité régionale au Moyen-Orient, dans le cadre de leurs échanges réguliers sur ces questions”, indique le communiqué.

Il s’agit de la deuxième discussion sur la question iranienne après les pourparlers du 5 février entre les trois puissances européennes et les États-Unis.

Cela vient quelques jours à peine avant la date limite du 21 février fixée par le parlement iranien pour que les États-Unis lèvent les sanctions imposées par l’administration Trump.

Si Washington n’annule pas la mesure, l’Iran a menacé de suspendre les inspections de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), comme convenu dans l’accord de 2015 officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA).

Téhéran a déclaré qu’il “reprendrait la pleine mise en œuvre de ses engagements” une fois que tous les signataires “se seront pleinement conformés à leurs obligations au titre du JCPOA”.

Lors d’un rare appel téléphonique mercredi, la chancelière allemande Angela Merkel a discuté de l’accord avec le président iranien Hassan Rohani, soulevant “l’inquiétude” concernant le défaut de Téhéran et soulignant le “grand intérêt” à préserver le pacte.

READ  La LFP engage une action en justice pour obtenir le paiement de Mediapro

Selon une déclaration du bureau de Rohani, les efforts pour sauver le JCPOA manquent de légitimité et de crédibilité si les sanctions et le non-respect des engagements par d’autres parties se poursuivent.

“Le seul moyen de maintenir l’accord est la levée des sanctions américaines inhumaines et illégales et le retour ultérieur du pays à l’accord”, indique le communiqué.

Rohani a déclaré qu’une loi adoptée par le parlement iranien obligeait le gouvernement à réduire davantage la conformité si les autres parties ne changent pas de cap.

“Si les sanctions sont levées, nous nous conformerons pleinement à nos obligations stipulées dans le JCPOA”, a-t-il déclaré.

Plus tôt ce mois-ci, l’AIEA a déclaré que l’Iran avait produit une petite quantité d’uranium métallique dans une usine d’Ispahan, violant les termes de l’accord nucléaire.

Le chef de l’agence doit se rendre à Téhéran le 20 février pour trouver un moyen de poursuivre les activités essentielles de vérification et de surveillance dans le pays.

Le site Web de l’Agence Anadolu ne contient qu’une partie des nouvelles offertes aux abonnés dans le système de diffusion de nouvelles AA (HAS), et sous forme de résumé. Contactez-nous pour les options d’abonnement.