La France arrêtera le tuyau d’incendie de l’aide pour aider les entreprises pendant la pandémie de COVID-19, au lieu de diriger les fonds là où ils sont le plus nécessaires, a déclaré dimanche le chef comptable du gouvernement.

« C’est la fin du nécessaire », a prévenu le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt.

Le gouvernement veut « regarder ce qui est vraiment perdu, plutôt que simplement ce qui est dit ».

Il a ajouté que toutes les industries ou régions ne souffraient pas de la même manière, et que même dans certains secteurs touchés par COVID, il y avait des entreprises qui prospéraient.

« Nous sommes prêts à aider les secteurs qui en ont vraiment besoin », a déclaré Dussopt à Radio J avant une réunion avec des dirigeants d’industries souffrant encore de la pandémie, notamment le tourisme, les petites entreprises et la culture.

Il a précisé que toute aide « sera nécessairement une approche transitoire, très centrée sur le secteur ».

A titre d’exemple, Dussopt a cité la restauration : « Dans certaines régions, le nombre de visiteurs est le même qu’avant, il est même plus élevé qu’en juillet et août 2020, qui étaient des mois qui n’avaient pas été touchés. »

Les entreprises doivent également assumer la responsabilité de leurs propres opérations et de trouver des solutions à leurs problèmes, a-t-il déclaré.

Plutôt que de simplement se plaindre de la difficulté qu’ils rencontrent à embaucher, a-t-il déclaré, les employeurs « ont intérêt à rendre les carrières qu’ils proposent plus attrayantes », par exemple en augmentant les salaires.

L’Etat a fait de gros efforts, a-t-il dit.

READ  Les manifestants se rassemblent dans le monde entier pour le 1er mai: NPR

De plus, une croissance économique de 6 % est prévue cette année, et le gouvernement table sur 4 % en 2022.

Le ministre a déclaré que le déficit public a culminé à 9,2% t en 2020 et serait « inférieur à 9% » d’ici 2021.

C’était « malgré le coût de la crise, malgré le coût du plan de relance », a-t-il dit, ajoutant que « nous pouvons viser un objectif d’environ 5% » en 2022, en fonction de la croissance réelle.

Le journalisme indépendant coûte de l’argent. Soutenez Times of Malta pour le prix d’un café.

Soutenez-nous