Luisa Iruela-Arispe, PhD, professeure de biologie cellulaire Stephen Walter Ranson et présidente de biologie cellulaire et du développement, est la coordonnatrice nord-américaine d’une collaboration internationale qui a reçu un prix du programme Transatlantic Networks of Excellence pour cinq ans et 7 $ millions de la Fondation Leducq.

Une collaboration internationale pour laquelle Luisa Iruela-Arispe, PhD, Stephen Walter Ranson, professeur de biologie cellulaire et président de biologie cellulaire et développementale, agit en tant que coordonnatrice nord-américaine, a reçu un prix du programme des réseaux d’excellence transatlantiques pour cinq ans et 7 $ millions de la Fondation Leducq.

La Fondation Leducq a été fondée en 1996 pour soutenir la recherche collaborative internationale sur les maladies cardiovasculaires et neurovasculaires en mettant l’accent sur la formation de scientifiques en début de carrière.

L’objectif du projet, intitulé « Recalibrer la mécanotransduction dans les malformations vasculaires«  est de faire progresser les connaissances de base et de développer des thérapies médicamenteuses pour les anomalies vasculaires qui entraînent des accidents vasculaires cérébraux, des œdèmes, des hémorragies et des déformations associées à une douleur chronique sévère.

Les chercheurs du projet étudieront les mécanismes moléculaires par lesquels les cellules vasculaires répondent à la stimulation mécanique du flux sanguin, ou mécanotransduction, et comment les mutations perturbent la mécanotransduction et provoquent des malformations vasculaires.

Notre objectif est de faire progresser les approches précliniques les plus prometteuses dans les études sur les patients à la fin de la période de financement. Ce travail bénéficiera aux patients présentant un large éventail d’anomalies vasculaires pour lesquelles des traitements correctifs sont nécessaires de toute urgence. »

Luisa Iruela-Arispe, PhD, Stephen Walter Ranson Professeur de biologie cellulaire et chaire de biologie cellulaire et développementale

Miikka Vikkula, MD, PhD, co-directrice et professeure de génétique humaine à l’Institut de Duve (Belgique) est la coordinatrice européenne. Les membres du réseau comprennent également Ondine Cleaver, PhD, University of Texas Southwestern Medical Center; Josef Penninger, MD, Université de la Colombie-Britannique (Canada); Salim Seyfried, PhD, Université de Potsdam (Allemagne) ; et Elisabeth Tournier-Lasserve, MD, Laboratoire de recherche INSERM U1141, Université Paris Diderot (France).

READ  Sona, un restaurant indien étoilé, ouvre

L’équipe interdisciplinaire de scientifiques et de médecins de recherche fondamentale combine une expertise en génétique, biologie cellulaire, biochimie, biologie moléculaire et biologie des cellules souches.

« Le programme rassemble un groupe de chercheurs hautement synergiques avec une forte histoire d’interactions dont les compétences scientifiques complémentaires faciliteront l’avancement d’études qui individuellement ne seraient pas possibles », a déclaré Arispe, qui est également co-directeur de Tumor Environment and Metastasis. (TEAM) Programme au Robert H. Lurie Comprehensive Cancer Center de la Northwestern University.

En plus des réunions virtuelles mensuelles, le réseau se réunira en personne pendant deux à trois jours tous les six mois. Selon Arispe, des interactions fréquentes entre équipes se produiront également via un centre de communication scientifique en ligne qui permet un accès en temps réel aux données, protocoles, documents et discussions.

Le réseau formera directement des chercheurs cliniques, des boursiers pré et postdoctoraux dans chaque laboratoire membre et impliquera collectivement un total de 49 stagiaires à différents stades d’avancement professionnel via le centre de communication plus large. La cohorte sera encouragée à développer des intérêts de recherche interdisciplinaires grâce à la science d’équipe et au transfert de compétences entre les étudiants de toutes les institutions.

Les chercheurs du réseau conseilleront également les stagiaires sur le raisonnement scientifique et les méthodes pour améliorer la rigueur, la transparence et la reproductibilité, a ajouté Arispe.

L’alliance lancera également deux appels à candidatures (les années 2 et 4) pour soutenir quatre scientifiques émergents qui ne sont actuellement pas affiliés à un membre du projet.

« Notre objectif est de capturer des talents bruts, des chercheurs brillants et prometteurs, et de cultiver leurs intérêts scientifiques pour résoudre les problèmes liés aux malformations vasculaires », a déclaré Arispe.

READ  La Nouvelle-Zélande tombe dans le classement des nations « soft power » en raison des « politiques d’isolement COVID », mais « bat toujours le poids »

La Fondation Leducq a financé quatre prix du programme Transatlantic Networks of Excellence dans le cycle 2021. Les chercheurs du Nord-Ouest ont reçu plusieurs prix ces dernières années et quatre sont actuellement actifs :

Elizabeth McNally, MD, PhD, professeur Elizabeth J. Ward et directrice du Center for Genetic Medicine, est la coordonnatrice nord-américaine du projet « Editing the Failing Heart ». McNally est également professeur de médecine à la division de cardiologie et de biochimie et génétique moléculaire.

Hossein Ardehali, MD, PhD, Thomas D. Spies, professeur de métabolisme cardiaque et directeur du Center for Molecular Cardiology à l’Institut Feinberg de recherche cardiovasculaire et rénale, est le coordinateur nord-américain des « Approches spécifiques pour la prévention et le traitement de la cardiotoxicité induite par les anthracyclines « étude. Ardehali est également professeur de médecine à la division de cardiologie et de pharmacologie.

Paul Burridge, PhD, professeur adjoint de pharmacologie, est également membre du réseau.

Alfred George, Jr., MD, professeur à Magerstadt et titulaire de la chaire de pharmacologie, est membre de l’équipe qui étudie « Le canal sodique en tant que cible thérapeutique pour la prévention des arythmies cardiaques mortelles ». George est également directeur du Center for Pharmacogenomics.

John Rogers, PhD, Louis Simpson et Kimberly Querrey, professeur de science et d’ingénierie des matériaux, de génie biomédical et de chirurgie neurologique, est membre de l’équipe du projet enquêtant sur : « Heterogeneity Imaging Repolarization for Personalized Cardiac Arrhythmia Therapy (RHYTHM) » . Rogers est également directeur du Simpson Querrey Institute for Bioelectronics.

Les anciens lauréats de la Fondation Leducq sont :

Guillermo Oliver, PhD, Thomas D. Spies Professeur de métabolisme lymphatique et directeur du Centre de biologie vasculaire et du développement à l’Institut Feinberg de recherche cardiovasculaire et rénale. Oliver est également professeur de médecine à la division de néphrologie et d’hypertension.

READ  RTL Today - Géant du commerce électronique: des centaines de personnes protestent contre l'expansion d'Amazon en France

Kathleen Green, PhD, Joseph L. Mayberry, Sr., professeur de pathologie et de toxicologie et professeur de dermatologie.

Lisa Godsel, PhD, professeure adjointe de recherche en pathologie et dermatologie.