Cela me rappelle le moment où Gianni est entré dans une réunion du Conseil de la FIFA et a dit au conseil d’administration de signer un document qui lui permettrait de vendre la Coupe du monde des clubs à des investisseurs privés (qui s’est avéré être SoftBank). Les députés, dirigés par des fonctionnaires européens, voulaient des détails. Un audit interne a révélé que l’événement valait beaucoup moins que ce que Gianni avait suggéré.

Revenons maintenant au tweet: il s’avère que les responsables de la FIFA ont également été choqués. Barbara González a approché Gianni au Congrès de la Confédération africaine de football et lui a demandé de prendre une photo avec lui. Cinq minutes plus tard, il a envoyé le tweet. Maintenant, je ne dis pas qu’une ligue en Afrique est une mauvaise idée, mais il doit sûrement y avoir un plan solide avant de se lancer dans un projet aussi important.

RS: Si rien d’autre, il faut en admirer l’impudence, d’autant plus qu’Infantino me semble précisément Le genre de personne qui tomberait amoureux de la vieille ruse du «comment dis-tu».

Comme vous le dites, il faut un plan solide: financièrement, bien sûr, mais aussi au sens sportif. L’idée de base me semble raisonnable. Certes, au sud du Sahara, le football de clubs africains se bat terriblement pour l’investissement. Cela signifie que la grande majorité des pays qui produisent un flux constant de joueurs pour les clubs européens voient rarement ce talent exposé dans les ligues nationales. Cela, à son tour, n’attire guère les fans d’aller regarder des matchs en direct. Et cela complète un cercle vicieux ordonné, car cela signifie que, oui, les clubs se battent horriblement pour l’investissement.

READ  Timothy Ray Brown, la première personne connue à être guérie du VIH, est décédée d'un cancer

Une Super League réglerait certains de ces problèmes. Un meilleur accord télévisé, au moins, permettrait aux clubs d’investir dans les infrastructures. Cela pourrait aider à nourrir les jeunes talents et à les conserver un peu plus longtemps. Il ne me semble pas impossible qu’une ligue panafricaine puisse rivaliser avec l’une des ligues génératrices de talents en Europe, par exemple les Pays-Bas ou le Portugal, en qualité dans un laps de temps relativement court.

Bien sûr, il y a un sujet épineux que je n’ai pas encore eu le courage d’évoquer. Je pense que je pourrais proposer une liste assez convaincante d’environ 20 équipes africaines qui auraient de bonnes raisons d’être incluses, grâce à l’histoire, au soutien ou à l’emplacement. Mais je suppose qu’Infantino et CAF, qui sont maintenant dirigés par un de leurs fidèles alliés, pourraient avoir un système différent en tête?