Le logo Carrefour est visible sur un panier d’achat dans un hypermarché Carrefour à Carquefou, près de Nantes, France, le 13 janvier 2021. REUTERS/Stephane Mahé

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 22 septembre (Reuters) – Le plus grand distributeur français, Carrefour, a augmenté son offre lors du troisième cycle de négociations salariales avec les syndicats, suggérant une augmentation de salaire de 2,5% à partir de novembre de cette année, a déclaré jeudi un porte-parole de l’entreprise.

L’offre signifierait une augmentation globale des salaires de 8,3% par rapport à août 2021.

Certains syndicats avaient menacé d’appeler à une grève plus tard cette semaine, affirmant que l’offre antérieure de 2% de la chaîne de supermarchés était insuffisante alors que les travailleurs luttaient contre une inflation en flèche.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Le syndicat CFDT a déclaré sur Twitter qu’il allait maintenant discuter de l’offre avec les travailleurs.

L’offre comprend également un paiement supplémentaire de 100 euros (98,49 $) en octobre et une remise de 12 % sur les achats Carrefour effectués par les travailleurs, a ajouté le syndicat.

Les entreprises françaises ont été mises sous pression pour faire leur part pour aider le personnel à maintenir son pouvoir d’achat.

De grandes entreprises, dont Air France et Renault, ont récemment annoncé qu’à titre exceptionnel, elles augmenteraient les salaires ou verseraient des primes supplémentaires cette année.

L’inflation des prix à la consommation en France s’est élevée à 6,6 % le mois dernier en termes harmonisés de l’UE.

READ  Daily Brief: La France déclare que Macron et Poutine acceptent de travailler pour un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, et toutes les dernières nouvelles | Dernières actualités Inde

(1 $ = 1,0153 euros)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Richa Naidu, écrit par GV De Clercq, édité par Tassilo Hummel et Susan Fenton

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.