La déforestation en Amazonie brésilienne a diminué d’un tiers au cours du premier semestre de l’année, selon de nouvelles données satellites. La forêt tropicale aurait perdu une superficie de 2 650 kilomètres carrés de janvier à juin. Ce n’est évidemment pas idéal, mais c’est une baisse importante par rapport aux 4 000 kilomètres carrés enregistrés à la même période l’an dernier.

Déforestation amazonienne
Vue aérienne de l’Amazonie. Crédits image : CIFOR/Flickr.

Luiz Inacio Lula da Silva a commencé son mandat de nouveau président du Brésil le 1er janvier, promettant de mettre fin à la déforestation d’ici 2030. Son prédécesseur, Jair Bolsonaro, était d’un avis contraire. Bolsonaro a permis aux bûcherons, éleveurs et mineurs illégaux de détruire la forêt tropicale. Durant son mandat de 2019 à 2022, la déforestation a augmenté de 75 % par rapport à la moyenne de la décennie précédente.

Lula a promis d’y mettre fin et semble jusqu’à présent faire des pas dans cette direction.

La diminution de 33,6 % de la déforestation a été estimée sur la base d’images satellites fournies par l’Institut brésilien de recherche spatiale. La réduction a été particulièrement importante en juin, avec une baisse de 41 %. Les représentants du gouvernement ont déclaré lors d’une conférence de presse que la chute était le résultat direct de l’augmentation des ressources de Lula pour la protection de l’environnement.

“Nous avons atteint une tendance à la baisse constante de la déforestation en Amazonie”, a déclaré la ministre de l’Environnement Marina Silva aux journalistes lors de la conférence de presse. “La décision politique est de lutter contre le changement climatique et la déforestation, dans le but d’atteindre zéro déforestation d’ici 2030. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour nous assurer que notre plan est déjà pleinement opérationnel.”

Pouvons-nous mettre fin à la déforestation en Amazonie ?

Au début de cette année, Lula a décrété six nouvelles réserves indigènes, interdisant l’exploitation minière et restreignant l’agriculture commerciale. Le mois dernier, le président a dévoilé un plan pour lutter contre la déforestation illégale en Amazonie. Mais leurs mouvements pro-environnement sont fortement opposés.

READ  Un astronome amateur repère un astéroïde potentiellement dangereux quelques jours avant qu'il ne survole la Terre

Les législateurs de l’opposition ont récemment adopté de nouvelles lois pour habiliter le ministère de l’Environnement. Bien que Lula soit président, le parlement brésilien compte plus d’une douzaine de partis et l’adoption de lois est souvent un défi pour le président. Souvent, la législation adoptée va directement à l’encontre de la volonté du président.

Lula a promis de saisir la moitié de toutes les terres illégalement déboisées dans les zones bénéficiant d’une protection environnementale spéciale et d’augmenter le nombre de territoires protégés.

En outre, le président brésilien a recherché le soutien financier des pays les plus riches du monde pour financer des programmes de sauvegarde de l’Amazonie. Le Brésil abrite les trois cinquièmes de la forêt tropicale, qui libère de grandes quantités d’oxygène et stocke du dioxyde de carbone. La Bolivie, la Colombie, l’Équateur, la Guyane française, le Pérou, le Suriname et le Venezuela se partagent le reste.

Bien que les chiffres de la première partie de l’année aient été positifs, il n’est pas certain que la tendance se maintienne. Le pic de déforestation et d’incendies arrive, qui se produit généralement de juillet à septembre, ainsi que le phénomène météorologique El Niño, qui apporte moins de pluie et des températures plus élevées. Dans cette optique, le gouvernement a augmenté le budget de lutte contre les incendies de forêt.

Un rapport par Global Forest Watch publié plus tôt cette année a révélé qu’une zone de forêt tropicale de la taille de la Suisse avait été perdue d’ici 2022 dans le monde à mesure que la déforestation s’étendait. Chaque minute, 11 terrains de football ont été détruits chaque minute, le Brésil étant en tête de la destruction. Le rapport suggérait que les promesses de mettre fin à la déforestation étaient largement mal placées.