Malgré une augmentation du nombre d’entreprises fintech suisses en 2020, une évaluation de la capitalisation des entreprises fintech et du nombre d’employés qui y travaillent indique un ralentissement de la croissance du secteur, selon la fintech Science and Arts Applied University annuelle. de Lucerne. rapport.

L’étude IFZ Fintech de 2021, publié plus tôt ce mois-ci, il se penche sur l’état du secteur suisse des fintech, décrivant les développements clés et les tendances futures à surveiller.

Selon l’étude, le secteur suisse des fintech a continué de croître en 2020, ajoutant 23 startups qui ont porté le nombre total d’entreprises de fintech en Suisse à 405.

Malgré cela, 2020 a été témoin des premiers signes d’un ralentissement du développement du secteur, une tendance qui se traduit par une plus grande participation des entreprises à faible financement total. En 2020, la part des entreprises fintech levant moins de 1 million de CHF a augmenté de 10%, tandis que la part des entreprises dont la capitalisation est supérieure à 5 millions de CHF a diminué de 5%.

L’évolution de la main-d’œuvre est un autre indicateur de la tendance baissière du secteur suisse des fintech. Alors que la plupart des entreprises fintech suisses emploient entre cinq et 15 équivalents temps plein, 2020 a vu une baisse annuelle de 10% dans cette fourchette moyenne.

La baisse a été principalement en faveur des grandes entreprises fintech de 16 à 50 employés et de plus de 50 employés, qui ont augmenté leur part de 6 points de% au total. Cela implique que la Suisse abrite certaines entreprises fintech avec une main-d’œuvre importante.

Ratio des entreprises Fintech au financement total et aux employés, IFZ Fintech Study 2021, Université de Lucerne, Sciences appliquées et arts, mars 2021

Quand on regarde les valeurs moyennes, la valeur qui sépare la moitié supérieure de la moitié inférieure, à la fois pour le financement total et pour le nombre d’employés par an, il y a un changement clair en 2020.

READ  Conseil national des imams: la Grande Mosquée de Paris se retire du projet

Alors que la valeur moyenne du nombre d’employés à plein temps employés dans les entreprises fintech suisses a stagné à 12, la valeur moyenne du financement total est passée de 2,1 millions de francs à 1,4 million de francs, ce qui suggère que la croissance continue en 2020, indique le rapport.

Financement total moyen et nombre d'employés par an, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l'Université de Lucerne, mars 2021

Financement total moyen et nombre d’employés par an, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l’Université de Lucerne, mars 2021

En outre, une analyse du capital humain dans les entreprises fintech suisses montre qu’une proportion plus élevée de leurs employés sont à l’étranger. L’internationalisation de la main-d’œuvre du secteur est une tendance constante depuis des années, et la proportion d’employés des entreprises fintech suisses travaillant à l’étranger est passée de 28% en 2017 à 37% en 2020.

Proportion de salariés d'entreprises fintech suisses en Suisse et à l'étranger par an, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l'Université de Lucerne, mars 2021

Proportion de salariés d’entreprises fintech suisses en Suisse et à l’étranger par an, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l’Université de Lucerne, mars 2021

À l’échelle mondiale, si la Suisse a continué à bien performer en 2020, les conditions se sont détériorées ces dernières années.

Pour la première fois depuis le lancement de la première édition de l’étude IFZ Fintech Study en 2017, la composition des trois plus grands hubs fintech au monde a changé. Alors que Singapour et Zurich revenaient dans les deux premiers, Stockholm prenait la troisième place, remplaçant Genève.

La détérioration relative des villes suisses dans les dix principaux hubs fintech cette année est due à une baisse des performances dans les dimensions politique / juridique, économique et sociale par rapport à leurs homologues internationaux, indique le rapport.

Classement des centres Fintech, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l'Université de Lucerne, mars 2021

Classement des centres Fintech, IFZ Fintech Study 2021, Sciences et arts appliqués de l’Université de Lucerne, mars 2021

Depuis 2015, le nombre total d’entreprises du secteur fintech suisse a augmenté plus d’une fois et demie, passant de 161 fin 2015 à 405 fin 2020.

READ  Pourquoi les négociations sur les relations post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni glissent

Après une augmentation en 2017-2018 causée en partie par la montée en puissance de Crypto Valley et l’augmentation du nombre d’entreprises fintech basées sur la technologie du grand livre distribué (DLT), le nombre de fondations d’entreprise a régulièrement diminué.

Nombre d'ajouts d'entreprises fintech par an par produit et domaine technologique, IFZ Fintech Study 2021, Lucerne University Applied Sciences and Arts, mars 2021

Nombre d’ajouts d’entreprises fintech par an par produit et domaine technologique, IFZ Fintech Study 2021, Lucerne University Applied Sciences and Arts, mars 2021

Facile à imprimer, PDF et e-mail