Le président américain Donald Trump est vu lors d’une cérémonie de médaille de la liberté pour Lou Holtz dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 3 décembre 2020 à Washington, DC. – BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Donald Trump avait assuré qu’il était “le grand”. Mais vendredi, le tremblement de terre politique auquel il s’attendait ne s’est pas produit. La Cour suprême des États-Unis a rejeté une appel déposé par le texas et soutenu par le président américain, qui a cherché à bloquer l’attribution des grands électeurs de quatre états remportés par Joe Biden. Ce dernier, logiquement, devrait désormais être élu par le collège électoral, qui se réunit lundi.

Selon la décision, le Texas «n’a pas légalement démontré» qu’il peut dicter «comment les autres États organisent le vote». Deux juges conservateurs de la Cour (Alito et Thomas) précisent que l’organe aurait dû faire appel, car il est obligé, selon eux, de protéger les différends entre États, mais ils n’auraient néanmoins pas accordé «de réparation au Texas dans la partie inférieur.

Vote du collège électoral lundi

Avec cet échec, la Cour suprême s’est prononcée à deux reprises contre Donald Trump ou ses alliés. Techniquement, le président des États-Unis peut continuer son combat. Mike Kelly, un républicain de Pennsylvanie, a déposé une nouvelle motion le vendredi précédent Écossais (Cour suprême des États-Unis) et l’avocat Lin Wood ont fait de même avec une allégation mal orthographiée concernant la soi-disant fraude en Géorgie. Mais avec le vote du collège électoral qui aura lieu lundi, le chemin légal se transformera en une impasse.

Les élus républicains ont déjà annoncé qu’ils contesteraient les résultats au Congrès le 6 janvier, mais ils n’ont pas assez de voix à la Chambre pour le faire. Si un représentant et un sénateur s’y opposent, un débat de deux heures a lieu, puis le Sénat et la Chambre votent, et une majorité est nécessaire dans les deux cas pour bloquer les grands électeurs d’un État. Quoi qu’il arrive, c’est Joe Biden qui prêtera serment de devenir le 46e président des États-Unis le 20 janvier.



942

Partager

READ  Pendant l'emprisonnement, les Parisiens ont sauvé plus que le reste des Français