La Cour constitutionnelle française rendra sa décision sur la réforme controversée des retraites du gouvernement le 14 avril.

Cela vient après que les changements, qui incluent le relèvement de l’âge minimum de la retraite de 62 à 64 ans, ont été approuvés par le Parlement sans vote des législateurs.

Lire la suite: Fureur alors que le Premier ministre français impose des réformes des retraites sans vote

les membres de la conseil constitutionnel ils sont parfois appelés familièrement ‘le sage‘ (signifiant ‘Les Sages’). La Cour est la plus haute autorité constitutionnelle de France et siège au Palais-Royal à Paris.

Il rendra sa décision sur la loi « en fin de journée » le jeudi 14 avril, selon un communiqué.

Il correspond à se prononcer sur la légalité constitutionnelle du projet, et sur l’opportunité de le soumettre à un référendum national (parti référendaire d’initiativeRIP) comme le suggèrent les opposants de gauche.

Le tribunal pourrait décider :

  • passer toute la loi

  • Censurer ou changer des parties de la loi.

  • Permettre qu’il soit soumis à référendum

La légalité de la demande de soumettre le vote à un référendum sera examinée. La recevabilité de cette demande sera elle-même débattue. En effet, les PIR ne sont généralement destinés qu’aux questions de « l’organisation des pouvoirs publics, des réformes liées à la politique économique, sociale ou environnementale et des services publics qui y contribuent ».

Si la décision est de soumettre le projet à un référendum, alors une pétition citoyenne sera ouverte. Cette pétition devrait recueillir des signatures de soutien d’un dixième de l’électorat (environ 4,87 millions de signatures) dans les neuf mois, pour ouvrir la voie à un référendum.

Le tribunal commencera à entendre les ministres de gauche à partir de 14h30 le mardi 4 avril.

Le parti d’extrême droite Rassemblement national, également opposé à la réforme, n’a pas demandé à être entendu par le tribunal, ses membres estimant que leurs arguments seraient présentés par les députés actuels de l’opposition. ont déclaré des sources parlementaires.

Environ 250 députés de l’opposition ont déjà proposé un référendum sur la question de savoir si l’âge légal de la retraite « peut être fixé au-delà de 62 ans ».

D’autres opposants ont également présenté des appels à contester la réforme et certains affirment que le recours à l’article 49.3, qui permettait au parlement d’approuver la loi sans vote des parlementaires, était un « détournement » du mécanisme politique.

Lire la suite: Le Premier ministre français survit à deux votes de défiance sur la réforme des retraites

Les opposants organisent toujours des manifestations contre la réforme et les syndicats ont désormais appelé à une nouvelle journée de grève nationale le jeudi 6 avril.

Articles Similaires

Les syndicats français fixent une nouvelle date pour de nouvelles grèves sur la réforme des retraites