Le climat des affaires en France s’est quelque peu dégradé en avril, en raison de l’impact des verrous sur l’activité du secteur des services, mais les économistes ont continué de s’attendre à une forte reprise de la croissance économique globale au second semestre 2021.

INSEEL’indicateur global de confiance des entreprises est passé de 97,0 en mars à 95,0 en avril, comme prévu.

Les services ont fait pire, le sous-indice de sentiment correspondant dans l’espace passant de 94,0 à 91,0, tandis que celui du commerce de détail a spécifiquement chuté de l’impression de février de 95,0 à 90,0.

D’un autre côté, un indicateur du sentiment manufacturier est passé d’un 99,0 révisé à la hausse pour le mois précédent à 104,0.

Commentant les résultats de l’enquête, Claus Vistesen in Macroéconomie du Panthéon Il a souligné l’amélioration de la relation entre les commandes futures et les stocks, qui a augmenté grâce à l’augmentation de la demande intérieure et extérieure.

Cependant, Vistesen anticipait une contraction de la croissance du produit intérieur brut français du premier trimestre de 0,0-0,5%, contrairement au consensus qui prévoyait une petite expansion, précisément en raison de la faiblesse des services.

Cependant, leurs prévisions sont restées pour une «forte» reprise de la croissance du PIB au second semestre.

READ  Qui peut en bénéficier et combien cela coûte-t-il?