La CNUCED et la Thaïlande s’associent pour renforcer la capacité des femmes à utiliser la technologie

Les deux organisations formeront des chercheuses et des entrepreneuses sur la façon d’exploiter le pouvoir de la science, de la technologie et de l’innovation pour stimuler une croissance plus durable et inclusive.

©Shutterstock/kittirat roekburi | Un ingénieur thaïlandais vérifie la vanne de régulation d’un réservoir d’hydrogène.

La CNUCED et Thailand Science Research and Innovation (TSRI) ont uni leurs forces pour former des femmes entrepreneures et chercheuses au modèle économique bio-circulaire-vert (BCG) du pays.

Le gouvernement thaïlandais a mis en œuvre le modèle dans le cadre d’une stratégie de rétablissement post-pandémique qui vise à capitaliser sur la diversité biologique et la richesse culturelle du pays tout en promouvant des opportunités plus durables et inclusives.

Utilisant la technologie et l’innovation et fournissant un soutien juridique et financier, le modèle aide les entreprises à accroître leur compétitivité dans quatre secteurs : l’agriculture et l’alimentation ; médical et bien-être; bioénergie, biomatériaux et biochimie; Tourisme et économie créative.

Au cours des cinq prochaines années, le gouvernement s’attend à ce que le modèle contribue à augmenter le PIB combiné des quatre industries de près de 30 %, passant de 3 400 milliards de THB (environ 99,5 milliards de dollars) à 4 400 milliards de THB (environ 128,7 milliards de dollars).

Grâce à ce partenariat, la CNUCED et l’IRST formeront des femmes chercheuses et entrepreneuses dans les pays en développement sur la manière d’adapter et de mettre en œuvre les concepts du modèle BCG dans leur pays.

Les deux organisations ont officialisé l’accord le 29 mars lors de la 26e session de la Commission de la science et de la technologie pour le développement (CSTD).

“Le modèle d’économie bio-circulaire-verte a le potentiel d’accélérer le développement socio-économique durable, et nous sommes reconnaissants à la Thaïlande d’être prête à partager son expérience à cet égard”, a déclaré Shamika N. Sirimanne, directrice de la technologie et de la logistique à la CNUCED, lors de la cérémonie de signature. .

“Il y a beaucoup d’intérêt de la part d’autres pays en développement pour en savoir plus sur ce modèle innovant”, a déclaré Mme Sirimanne, ajoutant que l’accord fait suite aux discussions qui ont débuté en 2022 lors de la 25e session de la CSTD.

Le potentiel des femmes chercheuses et entrepreneures pour promouvoir la durabilité

Dans le cadre de la première phase du partenariat, les deux organisations formeront 15 chercheuses et entrepreneuses de pays en développement au modèle BCG. L’atelier de formation se tiendra à Bangkok, en Thaïlande, en août 2023.

La CNUCED et l’IRST inviteront des candidats potentiels des États membres de la CSTD en Asie et en Afrique, en étroite collaboration avec les missions permanentes des pays à Genève, en Suisse.

Les participants recevront une formation sur les meilleures pratiques en matière d’utilisation de la science, de la technologie et de l’innovation dans les quatre industries cibles. Des femmes entrepreneurs prospères, des législatrices et des experts renommés d’universités et d’instituts de recherche en Thaïlande fourniront des informations et partageront leurs expériences sur l’application de la technologie et de l’innovation d’une manière qui s’aligne sur le modèle.

« Alors que nous nous tournons vers l’avenir, il est temps de nous concentrer sur les approches de bien-être, d’égalité et de productivité qui peuvent fonctionner pour les pays en développement. Les femmes entrepreneures et chercheuses ont un grand potentiel inexploité », a déclaré Patamawadee Pochanukul, présidente de TSRI.

Coopération Sud-Sud pour autonomiser les pays en développement

Le programme exploite le pouvoir de la coopération Sud-Sud.

L’ambassadrice Supathra Srimaitreephithak, représentante permanente de la Thaïlande auprès des Nations Unies, a déclaré que cela était important “pour assurer la cohésion des politiques et la complémentarité des pratiques” et promouvoir des stratégies de développement alternatives qui autonomisent les pays en développement.

“Ce type de coopération encourage les stratégies de développement alternatives qui associent les connaissances STI à la biodiversité et à la diversité culturelle pour renforcer la force interne des pays en développement vers la durabilité”, a déclaré Mme Srimaitreephithak.