Publié le: Modifié:

Pékin (AFP) – La Chine a lancé dimanche une fusée transportant trois astronautes en mission pour achever la construction de sa nouvelle station spatiale, la dernière étape dans la volonté de Pékin de devenir une puissance spatiale majeure.

Le trio a décollé sur une fusée Longue Marche-2F à (02h44 GMT) depuis le centre de lancement de Jiuquan dans le désert de Gobi, dans le nord-ouest de la Chine, a annoncé la chaîne de télévision publique CCTV, et l’équipe passera six mois à agrandir la station spatiale de Tiangong.

Tiangong, qui signifie « palais céleste », devrait être pleinement opérationnel d’ici la fin de l’année.

Le programme spatial chinois tant vanté a déjà vu la nation atterrir un rover sur Mars et envoyer des sondes sur la Lune.

L’équipage de Shenzhou-14 est chargé de « terminer l’assemblage et la construction en orbite de la station spatiale », ainsi que de « la mise en service de l’équipement » et de mener des expériences scientifiques, a annoncé samedi la CGTN.

Les astronautes chinois Cai Xuzhe (de gauche à droite), Chen Dong et Liu Yang participent à une cérémonie de pré-lancement de la mission Shenzhou-14. STRAFP

Dirigé par Chen Dong, pilote de l’armée de l’air de 43 ans, le principal défi de l’équipage de trois personnes sera de connecter les deux modules de laboratoire de la station au corps principal.

Dong, avec ses collègues pilotes Liu Yang et Cai Xuzhe, deviendra le deuxième équipage à passer six mois à bord du Tiangong après son dernier retour sur Terre en avril après 183 jours sur la station spatiale.

READ  Cher conseiller scientifique du COVID-19 de l'Ontario: Apportez de la musique à la table (de pique-nique)

Le module central de Tiangong est entré en orbite au début de l’année dernière et devrait fonctionner pendant au moins une décennie.

La station achevée sera similaire à la station soviétique Mir qui a orbité autour de la Terre des années 1980 à 2001.

ambitions spatiales

La deuxième économie mondiale a investi des milliards dans son programme spatial militaire, dans l’espoir d’avoir une station spatiale avec équipage permanent d’ici 2022 et d’envoyer éventuellement des humains sur la lune.

Le trio emporté dimanche dans l'espace par la fusée Longue Marche-2F restera à bord de la station spatiale Tiangong pendant six mois.
Le trio emporté dimanche dans l’espace par la fusée Longue Marche-2F restera à bord de la station spatiale Tiangong pendant six mois. STRAFP

Le pays a fait de grands progrès pour rattraper les États-Unis et la Russie, dont les astronautes et les cosmonautes ont des décennies d’expérience dans l’exploration spatiale.

Mais sous le président chinois Xi Jinping, les plans du pays pour son « rêve spatial » tant vanté ont été accélérés.

En plus d’une station spatiale, Pékin prévoit également de construire une base sur la Lune, et l’Administration nationale de l’espace du pays a déclaré qu’elle visait à lancer une mission lunaire habitée d’ici 2029.

La Chine est interdite d’accès à la Station spatiale internationale depuis 2011, lorsque les États-Unis ont interdit à la NASA de s’engager avec le pays.

Alors que la Chine ne prévoit pas d’utiliser sa station spatiale pour une coopération mondiale à l’échelle de l’ISS, Pékin s’est dit ouvert à la collaboration étrangère.

L’ISS prendra sa retraite après 2024, bien que la NASA ait déclaré qu’elle pourrait continuer à fonctionner jusqu’en 2030.

READ  La Juventus reçoit un coup de pouce dans sa recherche de milieu de terrain alors que le directeur du club confirme sa disponibilité - Juvefc.com